Pour quand l’agriculture Bio-Logique ?


Alexis Peulson le 26/10/2018 à 16:48

Chaque semaine, Alexis Peulson vous fait part d'un fait marquant ou d'une expérience en exploitation agricole qu'il a vécue lors de son Tour de l'Agriculture Française, dont le Crédit Mutuel est partenaire. Aujourd'hui, il nous donne son point de vue sur l'agriculture biologique et les débats actuels autour de ce thème.

(©Alexis Peulson)

Depuis le départ de mon Tour de France à vélo, il y a une problématique qui remonte dans toutes les discussions : les pesticides et l’agriculture biologique. Jamais la pression n’a été aussi grande sur les agriculteurs : dossier glyphosate, médias, grand public avec le mouvement des coquelicots …

Les agriculteurs se font insulter fréquemment et… partout. Maintenant, ce n’est plus seulement au bord d’un champ lorsqu’ils effectuent un traitement, c’est aussi le dimanche à un repas de famille.

A l’heure où j’écris ces lignes, mon fil d’actualité est envahi par l’article de l’INRA qui montre un lien entre consommation bio et diminution des cancers. Article très rapidement démonté par des scientifiques qui expliquent que le régime bio est souvent associé à un régime avec plus de fruits et légumes, légumineuses et fruits secs pour moins de viande. Une alimentation plus équilibrée quoi. Et c’est ce meilleur équilibre alimentaire qui explique la diminution des cancers, pas le bio…

Pourquoi de telles crispations sur l’agriculture biologique alors que le développement de ce marché devrait être vu comme un ballon d’oxygène pour le mode paysan? Tout simplement parce que cette dernière, pour eux, n’a rien de logique d’un point de vue agronomique. Les paysans savent qu’ils ne peuvent résoudre totalement le problème des produits phytosanitaires par un travail du sol intensif.

J’ai rencontré un vigneron bio qui remettait même en cause son système. Avec de nombreuses pluies l’été dernier (2017), il a effectué énormément de traitements de cuivre (pesticides naturels, autorisés en agriculture biologique). Il a passé beaucoup plus de temps sur son tracteur que ses voisins conventionnels et il n’est pas sûr d’avoir moins pollué qu’eux… En Bretagne, un autre agriculteur bio se plaint d’un cahier des charges pas assez cohérent sur le plan environnemental.

Aujourd’hui le message est simple : le marketing et l’industrie autour du bio ont créé une sorte de marque de sagesse, un produit pur. Comme si nous pouvions « acheter » une meilleure santé en payant plus cher nos produits alimentaires. «Biologique», ce mot est forcément lié à une alimentation saine, de par son origine étymologique. Mais est-ce que les consommateurs savent vraiment ce qui se cache derrière ce mot ? Aujourd’hui, les agriculteurs se battent pour défendre d’autres pratiques agricoles, vertueuses pour l’environnement, comme par exemple l’agriculture de conservation des sols, le renforcement de certains cahiers des charges existants pour les rendre plus « cohérents ». Devons-nous nous diriger vers une nouvelle marque ?

YouTube : TAF – Le Tour de l’Agriculture Française
Facebook : facebook.com/TourAgriFrance/ 
Blog : https://touragrifrance.jimdofree.com/