Argo Tractors

Pose de la 1ère pierre pour franchir le mur des 5 % de parts de marché !


TNC le 19/12/2018 à 06:04
Les dirigeants du groupe Argo Tractors ont lancé la construction de leur filiale française à Vaulx-Milieu en Isère. (©Argo Tractors)

Les dirigeants du groupe Argo Tractors ont lancé la construction de leur filiale française à Vaulx-Milieu en Isère. (©Argo Tractors)

Argo Tractors a posé la première pierre de sa filiale française à Vaulx-Milieu près de Lyon. Le début d'une nouvelle étape pour les marques McCormick et Landini, qui affichent clairement leur ambition : élargir le réseau de distribution actuel, mettre l'accent sur le marché des spécialisés et gagner des parts de marché pour atteindre 5 % minimum d'ici cinq ans. Un défi de taille pour le tout jeune directeur de la filiale Argo France, Jean-Luc Fernandez, nommé depuis moins d'un an.

Argo Tractors vient de poser la première pierre de sa filiale française à Vaulx-Milieu en Isère. Objectif : renforcer la présence des marques McCormick et Landini et « donner envie au réseau d’avancer ensemble ! », explique  Jean-Luc Fernandez, directeur général Argo France.

Objectif 5 % de parts de marché dans 5 ans

Un an après le lancement de sa filiale espagnole de Villamarciel, le groupe investit de nouveau 4 millions d’euros pour dynamiser le business français. L’objectif est de couvrir 70 % du territoire d’ici 5 ans, soit 20 % de plus que le réseau actuel. Si l’on traduit en parts de marché, l’italien espère atteindre 5 % pour gagner quelques marches sur le podium. Pour y parvenir, la marque compte sur ses modèles spécialisés destinés à l’arboriculture et la viticulture, par exemple la nouvelle gamme Rex 4 et son Advanced Driving System.

Question forte puissance, McCormick et sa série X8 prend le relais. La marque se concentre sur la transmission CVT et devrait la proposer sur les tracteurs de moyenne puissance. Le constructeur ne projette pas de monter en puissance pour dépasser les 310 ch de l’actuel fleuron. Le siège installé près de Lyon devrait accueillir un centre de formation, un showroom et des bureaux pour recevoir les concessionnaires et les agriculteurs. Sans oublier les parcelles de démonstration disponibles à proximité du site pour tester les engins.

Accroître la présence internationale sans devenir « full liner »

« Les défis numériques et marketing sont des axes stratégiques pour les services venant en support au réseau de concessionnaires », détaille Jean-Luc Fernandez. « La gamme de tracteurs et les investissements constants dans l’outil de production devraient nous aider à atteindre nos objectifs », ajoute Simeone Morra, directeur d’Argo Tractors et président d’Argo France.

Le constructeur italien vise les marchés où la présence de Landini, McCormick et Valpadena peut s’accroître. La Russie, l’Inde et la Chine pour commencer, mais aussi le centre Afrique en démarrant à Johannesburg où Landini est déjà bien implanté. Pas d’ambition de devenir « full line » comme la plupart de ses concurrents mais des projets de partenariats avec des constructeurs d’équipements. Enfin, pour compléter les investissements, le groupe étoffe aussi son équipe commerciale.