Académie d'agriculture de France

L’horticulture en mots et en chiffres


Noëlle DORION, membre de l'Académie d'Agriculture de France le 18/05/2022 à 09:30
greenhouse-g181e017c4_1280

(©Pixabay)

Définir le mot horticulture est une nécessité car trop souvent, en France, il est restreint à l'horticulture ornementale, alors qu'il intègre d'autres productions comme les fruits et les légumes. Le point avec l'Académie d'agriculture de France.

Histoire

Le mot horticulture est un néologisme du début du XIXe siècle, siècle d’ailleurs considéré comme celui de l’horticulture.

Ce mot est fédérateur pour un ensemble de professions liées à la culture des plantes non agricoles et non forestières, ainsi qu’à tous les jardiniers amateurs. Les cultures horticoles étaient d’ailleurs souvent classées dans les cultures spéciales pour signifier que, nécessitant une attention particulière, elles étaient pratiquées par des spécialistes. […]

Les productions horticoles

Les membres de la Société internationale de la science horticole (ISHS), se référant à la racine latine du mot (hortus = jardin), s’accordent sur le fait que les plantes horticoles comprennent :

  • Les plantes fruitières pérennes : arbres, arbustes, buissons et lianes.
  • Les légumes : racines, tubercules, pousses, tiges, feuilles, fruits et fleurs des plantes comestibles, le plus souvent annuelles.
  • Les plantes aromatiques et médicinales : feuilles, graines et racines de plantes annuelles et vivaces ; les plantes aromatiques majeures sont la lavande et le lavandin ainsi que la sauge sclarée.
  • Les plantes ornementales cultivées comme fleurs coupées, plantes en pots vertes ou fleuries, plantes à massifs, qu’il s’agisse d’annuelles, de bisannuelles ou de vivaces. On peut ajouter à cette catégorie les productions de bulbes et autres organes de réserves à l’origine de plantes ornementales.
  • Les arbres, arbustes, buissons, gazons et graminées ornementales multipliés et produits en pépinières pour un usage décoratif (paysage) ou pour l’installation de vergers ou de toute autre unité de production.
  • Les champignons cultivés. […]

Les produits de l’horticulture

Pour l’ISHS, les produits de l’horticulture comprennent tous les produits, bruts ou transformés, qui sont issus des plantes précédemment citées. L’ISHS justifie l’extension de la définition aux produits transformés par la nécessaire traçabilité « de la fourche à la fourchette ». […]

Distinction entre l’horticulture et l’agriculture

L’horticulture se distingue de l’agriculture de différentes façons :

  • Les produits – pour la plupart commercialisés vivants – nécessitent la mise en œuvre de technologies post-récolte sophistiquées.
  • Les systèmes de productions sont intensifs en matière d’investissement et de main d’œuvre.
  • Les parcelles sont le plus souvent petites et de haute qualité agronomique.
  • Les cultures protégées (serres ou tunnels) sont courantes, de même que l’irrigation (dont la fertirrigation).
  • La valeur ajoutée des produits est d’habitude supérieure à celle des produits de l’agriculture ou de la forêt.
  • Les produits de l’horticulture ont une forte connotation « santé et bien-être », tant pour leur qualité nutritionnelle que par leur impact sur la santé mentale des citoyens.

Détails sur trois filières horticoles emblématiques en France

Les fruits et légumes

Organisation de la profession
Il existe deux filières et interprofessions distinctes : Interfel (Interprofession de fruits et légumes frais) et Anifelt (Interprofession des fruit et légumes transformés). Contrairement au secteur ornemental, les producteurs doivent se réunir en OP (organisations de producteurs) pour bénéficier des aides prévues dans le cadre de l’OCM (organisation commune des marchés).

Les chiffres
La production légumière : 30 900 exploitations produisent 5,3 millions de tonnes de légumes sur 299 000 hectares (dont 6 300 pour les légumes d’industrie). Les deux principales productions de légumes frais sont la tomate et la carotte. […]
La production fruitière : 27 600 exploitations produisent 2,44 millions de tonnes de fruits, sur 143 000 hectares. La principale production est la pomme pour environ 59 % des volumes de fruits (d’une douzaine d’espèces). Les principales productions pour l’industrie sont la pomme et la prune d’ente (pruneaux).

Le chiffre d’affaires HT de la production de fruits et légumes est de plus de 6 milliards d’€, dont 3 milliards d’€ pour les légumes frais et 3,2 milliards d’€ pour les fruits frais, l’ensemble comprenant 700 millions d’€ pour les fruits et légumes frais destinés à la transformation.

Le chiffre d’affaires de la vente au détail est estimé environ à 18 milliards d’€ HT. […]

L’horticulture d’ornement

Organisation de la profession
L’ensemble des secteurs de l’ornement est structuré au sein de l’interprofession Val’Hor qui regroupe les producteurs et détaillants spécialisés (fleuristes, jardineries), et les entreprises du paysage (prestations à destination des marchés publics et privés, et des particuliers).

Les chiffres
La filière compte 53 000 entreprises spécialisées, et l’emploi de 170 000 personnes, tous secteurs confondus. Pour la production, en 2019, les 2 926 horticulteurs et pépiniéristes recensés en France métropolitaine ont généré 16 581 emplois directs, sur 16 152 hectares dont 1 570 couverts (serres ou tunnels).

La gamme de végétaux d’ornement commercialisés par les exploitations françaises est de plus de 100 000 références, dont 36 % en plantes en pots et à massif, et 35 % en produits de pépinières.

La filière compte par ailleurs 20 000 entreprises de commercialisations et 29 100 entreprises de paysage.

Le chiffre d’affaires est de 13,8 milliards d’€, dont :

  • 1,6 milliard d’€ pour les entreprises de production,
  • 7,1 milliards d’€ pour le commerce (grossistes, jardineries, libres services agricoles et fleuristes),
  • 5,1 1 milliards d’€ pour le secteur du paysage. […]

Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM)

Organisation de la profession
Il existe plusieurs groupements interprofessionnels reconnus : le CPPARM (Comité des plantes à parfum) pour les producteurs ; le CIHEF (Comité interprofessionnel des huiles essentielles françaises) pour lavande, lavandin et sauge sclarée ; l’AIHP pour les herbes de Provence ; et Phytolia pour la filière santé, beauté, bien-être.

Les chiffres
Le secteur PPAM travaille sur plus de 120 plantes cultivées sur 58 550 hectares, par 5 000 exploitations, tandis que 350 plantes font encore l’objet de cueillette. On compte 27 950 hectares de lavande et de lavandin, pour 1 750 producteurs, et 30 620 hectares pour les autres plantes ; sur l’ensemble, 16,9 % des surfaces sont en agriculture biologique.

Le secteur s’est développé de plus de 40 % depuis 2015.

Le chiffre d’affaires en France, pour la production de plantes en l’état, est de 150 millions d’€. Pour les différents marchés utilisant les PPAM, il est, par exemple, de 1,99 milliard d’€ pour les compléments alimentaires, 206 millions d’€ pour l’aromathérapie, 612 millions pour l’aromatique alimentaire et 757 millions en cosmétique naturelle et bio. […]

Accédez à l’intégralité de la publication en téléchargement ci-dessous.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AAF2.jpg.

https://www.academie-agriculture.fr/

Pour approfondir le sujet consultez aussi