Matériel de semis

Lemken passe à l’heure des cultures associées


TNC le 15/06/2021 à 18:02
Le Solitair 9+ Duo à trémie simple shot permet de mélanger des semences et de l'engrais ou de l'anti-limaces. (©Oliver Joly)

Le Solitair 9+ Duo à trémie simple shot permet de mélanger des semences et de l'engrais ou de l'anti-limaces. (©Oliver Joly)

Lors de sa conférence de presse organisée au siège de la filiale française dans le Loiret, Lemken a levé le voile sur le Solitair 9+ Duo, le semoir capable d'associer deux produits. La marque allemande a également présenté d’autres nouveautés, en bleu ou aux couleurs de sa gamme Steketee, dédiée au désherbage mécanique.

« Le développement agronomique est plus rapide en France qu’en Allemagne » : c’est par ces mots qu’Anthony Van Der Ley, directeur général de Lemken, a accueilli les représentants de la presse agricole hexagonale le 10 juin dernier à Boigny-sur-Bionne (Loiret), siège de la filiale française du constructeur d’outils de travail du sol. Directeur de ladite filiale, Jean-Christophe Régnier n’a pas dit autre chose : « C’est une journée importante dans l’histoire du groupe ». La rencontre était destinée à présenter les nouveautés Lemken et Steketee.  

Semoir Solitair 9+ Duo

Chez Lemken, la trémie (1 850 l) simple shot du semoir Solitair 9+ Duo est divisée, grâce une paroi, à 50-50 ou 60-40, selon la position sélectionnée en partie haute. Chaque compartiment dispose de son doseur animé via le moteur électrique. La réunion des deux produits s’opère via le Y en amont de la tête. Celle-ci mélange et répartit les deux produits sur le rang. En double shot, les circuits de transport des semences restent indépendants et bénéficient donc chacun d’une tête de répartition. Les tuyaux de transport pneumatique se rejoignent au niveau de chaque élément de mise en terre, l’un à l’avant et l’autre à l’arrière.

L’agriculteur choisit s’il alimente l’un ou l’autre des circuits, voire les deux. Il est maître des opérations selon qu’il désire semer un rang sur deux avec un produit différent ou sur le même rang avec les deux produits. Jean-Luc Farges, responsable de la gamme, explique : « En simple shot, l’outil est configuré d’usine pour mélanger la semences avec de l’engrais ou de l’anti-limaces. Le double shot permet d’associer une plante cible et, par exemple, une plante compagne gélive. » La première bénéficie de la seconde jusqu’à l’hiver pour gérer l’enherbement. Aux beaux jours, la plante cible s’épanouit un rang sur deux.

Semoir à trémie frontale : le Solitair 23+

Le Solitair 23+ est compatible Isobus et appartient à la catégorie des semoirs à trémie frontale. L’outil est capable de semer et fertiliser jusqu’à 250 kg/ha à 8 km/h. En fertilisation complète, sa capacité atteint 750 kg/ha à 8 km/h. Dans ce cas, il suffit d’activer l’option pressurisation. En semis, la trémie peut être associée à la rampe Optidisc non repliable, de 3 ou 4 m de largeur de travail. En version repliable, les largeurs disponibles sont 4, 4,5, 5 et 6 m. Les deux plus larges bénéficient du chariot de transport, qu’il suffit de dételer au champ lors du semis et de reprendre pour circuler sur la route.

Semoirs mécaniques : le Saphir 9 et le Saphir 10

Le design et la capacité de trémie évoluent sur les gammes Saphir 9 et Saphir 10, deux modèles mécaniques de la marque. Le couvercle s’ouvre à 110° et à l’intérieur, les cloisons-renfort ont été revues afin d’apporter une répartition plus homogène sur la largeur. Les descentes ont été retouchées grâce à des tuyaux souples anti-pincement. Par ailleurs, le boîtier de contrôle, qui aide également à l’étalonnage, est aussi nouveau. Le responsable produits indique : « Quand on met le boîtier à l’arrière du semoir, on ne remonte pas plusieurs fois dans la cabine. En outre, ni support pour les réglages ni calculatrice pour les débits ne sont nécessaires car le système informe le producteur automatiquement. » 

Semoirs pneumatiques : le Solitair 8+ et le Solitair 9+

Question semis pneumatique, les Solitair 8+ et Solitair 9+ gardent leur barre de semis. Les ingénieurs de la marque « ont fait évoluer le design pour donner un coup de jeune aux outils », commente Jean-Luc Farges. L’utilisateur appréciera sans doute les éléments suivants : même système d’ouverture que le Saphir, trappe-guillotine pour vider plus facilement la trémie et débit d’air plus conséquent. Le carter  de la turbine est moulé, de quoi réduire la consommation d’huile et le bruit en fonctionnement. « L’opérateur peut s’asseoir confortablement pour recueillir le grain et étalonner », précise notre interlocuteur. Sur le Solitair 9+, l’interrupteur pilote le démarrage du moteur électrique, ce qui évite de revenir en cabine. Côté Solitair 8+, il dispose du même terminal que le Saphir 9.

Point de vue semis monograine, l’Azurit bénéficie du micro-granulateur intégré à la trémie principale. S’y ajoutent les options pour semer du tournesol ou du sorgho. Sans oublier le renforcement du dispositif de rappui baptisé HD. Enfin, notons l’automatisation depuis la cabine du sélecteur de double dont le software a fait peu neuve.

Système de sécurité Optistone sur les charrues

Lemken est convaincu que l’avenir de la charrue existe. Le constructeur dote son outil du système de sécurité Optistone. Comme l’installation précédente, elle monte et descend pour offrir jusqu’à 20 cm de dégagement latéral en présence d’un obstacle, à gauche et à droite. La liaison qui autorise le dégagement vertical et latéral se fait grâce à la pièce moulée dans laquelle l’axe est monté sur une bague oscillante. Les flasques ont également été renforcées. Enfin, impossible de déboîter le dispositif : « même si le déclenche en position haute sur un caillou et en latéral, le corps complet ne peut pas se détacher entièrement au milieu du champ », conclut Jean-Luc Farges.

Lemken mise sur l’avenir de la charrue et équipe l’outil de la sécurité Optistone, qui ne peut pas se déboîter. (©Olivier Joly)