Clôture

La course à l’autonomie des électrificateurs


TNC le 11/02/2020 à 06:02
L'autonomie des systèmes est le principal axe de travail des marques. (©CC)

L'autonomie des systèmes est le principal axe de travail des marques. (©CC)

Avec des évolutions technologiques qui offrent une plus grande autonomie et une surveillance à distance des clôtures, le marché des électrificateurs à batterie promet un gain de temps substantiel pour les éleveurs.

Les modèles d’ électrificateurs hybrides secteur/batterie sont de plus en plus courants sur le marché. Dans la majorité des cas, l’éleveur peut choisir d’ajouter un panneau solaire pour augmenter l’autonomie des modèles. « Les rangers AM 3000 et 4000 de la marque Horizont sont compatibles avec une alimentation secteur, solaire et batterie », commente Léonie Sala, responsable marketing chez Ukal élevage qui commercialise la marque en France.

Lire aussi : Oubliez le barbelé qui vous donnait du fil à retordre et passez à l’électrique

Pour économiser la batterie, l’éleveur peut choisir un fonctionnement uniquement le jour ou la nuit. « Combinée au module solaire, elle peut tenir 5 à 6 mois sans intervention », ajoute-t-elle. Depuis janvier 2020, Ukal propose le RB 880 sous sa marque propre Beaumont. Ce modèle, au fonctionnement basique et avec une puissance plus faible que les rangers, a également un prix plus abordable. Chez Gallagher, cette polyvalence est représentée par la gamme MBS. Les modèles 200, 400 et 800 ont la particularité d’adapter l’impulsion au niveau de chargement de la batterie pour que cette dernière dure le plus longtemps possible. 

Choisir du solaire intégré ou en kit

Les éleveurs qui s’équipent avec du matériel DeLaval ont, eux, le choix entre le modèle ESE7BS avec panneaux solaires intégrés ou des panneaux solaires de 10, 20 et 50W qui s’installent sur la quasi-totalité des modèles batteries ou hybrides secteurs/batteries. Côté Patura, les modèles P4600, P6000 et P8000 ont été adaptés en 12 V pour équiper les clôtures éloignées du corps de ferme. « Ce sont des installations qui peuvent être associées à un panneau solaire de 1,5 m. Lorsqu’il est installé, inutile d’y revenir », affirme Philippe Jolivet, commercial pour la marque.

La marque a également développé le modèle P70, qui pèse 2 kg tout compris et sortira prochainement le P140. De par leur poids et donc leur mobilité, ces deux postes sont destinés au pâturage tournant dynamique. Chez Lacmé, c’est le modèle Secur 500 qui alimente les clôtures éloignées. Son fonctionnement breveté repose sur la multi-impulsion. En marche normal, une impulsion de moins de 1 joule (J) parcourt le fil. Si elle détecte qu’un animal touche le fil lors de son passage, une impulsion de 5 J est immédiatement déclenchée. 

Lutter contre le vol

De par leur éloignement, les électrificateurs à distance sont plus exposés au vol. Pour y remédier, plusieurs stratégies existent. Chez Ako le  « tracking system » avec puce GPS localise le poste. La même fonctionnalité envoie un sms au fermier si le poste est déplacé via l’ application allemande de Horizont pour les modèles Himps. La technologie devrait être adaptée au marché français dès cette année. Autre stratégie : placer l’électrificateur dans un boîtier métallique. « Lorsque la porte est fermée, le boîtier et le panneau solaire sont également électrifiés. C’est un dispositif très dissuasif ! », explique Philippe Jolivet de Patura. La plupart des constructeurs proposent ce type de dispositif pour protéger les postes.

Toujours plus de connectivité

Pour faciliter la vie des éleveurs, les constructeurs équipent de plus en plus leurs électrificateurs de système permettant de vérifier à distance ou sur place la tension dans la clôture. Lacmé propose en option sur son modèle secteur, le Secur 2400, un indicateur de tension sous la forme de 8 leds de différentes couleurs. La gamme MBS de Gallagher propose la même fonction mais avec un unique voyant rouge. Certains électrificateurs DeLaval sont équipés d’une alarme sonore en plus des voyants leds.

Mais les solutions connectées pour les électrificateurs éloignées sont également nombreuses. C’est le cas des postes Ako qui peuvent être mis sous tension ou hors tension à distance. Un boîtier déporté permet également de vérifier l’état de la clôture sans se rendre sur place. Même concept chez Lacmé mis en place depuis 3 ans, mais cette fois tout se déroule sur le smartphone. « On peut mettre en route ou arrêter la tension, mais également vérifier la tension de sortie. En cas de problème, une notification est envoyée avant que les animaux s’échappent » détaille Sébastien Hainos responsable produit pour la marque.