Déchaumeur à disques

Fliegl travaille le sol grâce à son déchaumeur cruciforme à chaîne de disques


TNC le 12/11/2020 à 06:00

Travail superficiel, bon suivi du sol, destruction des résidus de récolte semblable à celle du broyeur, désherbage, lutte contre la pyrale du maïs... Fliegl tente de répondre aux multiples contraintes que connaît actuellement l'agriculture. Son arme secrète : son déchaumeur cruciforme à chaîne de disques. Entre efficacité, débit de chantier, faible consommation de carburant... la marque allemande fait carton plein.

Le déchaumeur à disques de Fliegl découpe les résidus pour mieux les incorporer et favoriser leur dégradation. (©Fliegl)

Fliegl se lance dans le travail du sol grâce à son déchaumeur à chaîne de disques. L’outil permet de gérer les résidus de récolte sur toute la surface du champ, sans oublier la préparation de semis, le mélange terre-résidus d’intercultures, la lutte contre la pyrale du maïs… La technique proposée par le constructeur allemand affiche des résultats intéressants quelles que soient les circonstances.

À lire aussi : Lemken Koralin : le déchaumeur hybride qui va vous scalper l’herbe sous le pied

Le dispositif est composé d’un châssis en forme de croix, dont les quatre côtés ouverts sont liés par des chaînes de disques en acier durcis et coupants. Les disques sont de forme concave et sont interchangeables. Ils sont en effet reliés les uns aux autres via des œillets. Côté poids, la marque parle de 80 à 120 kg du mètre, selon que l’agriculteur rajoute des segments ou pas.

Des chaînes lourdes et mobiles pour un bon suivi du sol

Les chaînes sont donc particulièrement lourdes et mobiles, ce qui leur permet de s’adapter facilement au relief du sol et de broyer les résidus de culture mêmes les plus durs. L’idée est de gagner en agressivité par rapport aux déchaumeurs à disques classiques. Résultat : en broyant mieux les résidus, leur dégradation est plus efficace. Là aussi, le constructeur souligne la diminution des résidus de culture infectés par la pyrale du maïs.

L’outil affine le sol et laisse derrière son passage une fine couche de terre dont l’objectif est de favoriser la germination des adventices. À noter que la structure du sol y gagne aussi grâce à l’augmentation du taux de matière organique.

9 ha/h avec seulement 3,5 l de carburant

Question performances, Fliegl annonce une cadence proche de 9 ha/h, le tout avec seulement 3,5 l de carburant à l’hectare. En remuant moins de terre, l’équipement limite la perte en humidité du sol et assure le désherbage complet. En outre, les résultats en termes de nivellement du terrain sont également bons. En broyant les résidus pour mieux les mélanger avec la terre, l’engin favorise aussi l’activité micro-organique du sol. Enfin, les frais d’exploitation baissent grâce à la nécessité en puissance inférieure par rapport aux outils traditionnels. Ceci s’explique par la structure et les chaînes de disques.

Le châssis en forme de croix sert à tendre des chaînes de disques de forme concave qui découpent la surface du sol et laissent une fine couche de terre après leur passage. (©Fliegl)

L’agriculteur gère également mieux sa flore adventice et diminue la quantité d’herbicide nécessaire pour lutter contre. Idem en termes de résistance aux produits. Pour ceux qui cultivent du maïs grain, Fliegl annonce des résultats similaires à ceux d’un broyeur classique. Cependant, le débit de chantier est nettement supérieur et la consommation du tracteur plus faible. 

Mieux lutter contre les ravageurs en détruisant mieux les résidus

Autre avantage : mieux détruire les restes de récolte aident le producteur à lutter contre les ravageurs, qui bien souvent passent l’hiver dans les résidus, entre les racines et la base de la tige. Passer le broyeur semble efficace mais coûte assez cher. La technique à chaîne de disques diminue significativement les coûts d’exploitation selon l’Allemand. Pour l’heure, la marque n’a pas encore annoncé la date de disponibilité sur le marché français. Seule information : un exemplaire sera visible en démonstration chez nos voisins belges à partir du printemps 2021.