Dispositif Pass'métiers

Des vacances à la ferme pour donner envie d’y travailler


TNC le 24/10/2019 à 18:34
Pass'métiers permet l'immersion des jeunes dans le monde du travail, de l'agriculture par exemple. (©Chambres d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine)

Pass'métiers permet l'immersion des jeunes dans le monde du travail, de l'agriculture par exemple. (©Chambres d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine)

Pendant les vacances de la Toussaint, certains agriculteurs accueillent peut-être, grâce au dispositif Pass'métiers, des collégiens ou lycéens pour quelques jours de stage sur leur exploitation. L'occasion de leur faire découvrir l'agriculture et de leur expliquer leur métier, de façon concrète, sur le terrain. Et pour les jeunes de trouver comment occuper utilement leur temps libre.

Vous êtes agriculteurs et avez envie de communiquer sur votre métier auprès des jeunes ? Sachez que vous pouvez recevoir sur votre exploitation, quelques jours pendant les vacances scolaires, un collégien ou lycéen de plus de 14 ans (que ceux-ci soient dans la voie générale, technologique ou professionnelle). Une immersion dans le monde du travail, de l’agriculture ici, pour qu’ils puissent découvrir les réalités du terrain. Ce qui leur permettra peut-être, même si ces stages ne durent qu’un à cinq jours, de mieux comprendre le monde agricole à l’âge adulte, ou tout au moins d’être un peu sensibilisé aux contraintes et enjeux auxquels il est confronté. Un moyen aussi de rapprocher les exploitants agricoles et le reste de la société, voire de lutter contre certains clichés ou critiques véhiculés sur cette profession.

Qui sait, suite à cette expérience, ces élèves, dont certains se posent sans doute des questions sur leur orientation et leur avenir professionnel, pourraient être attirés par la filière agricole ? Le cas échéant, c’est une occupation utile pour leurs congés, au grand air loin des écrans dont ils ont parfois du mal à décrocher.

Une porte d’entrée vers l’apprentissage

Depuis quelques années, il existe un dispositif facilitant l’organisation de ces mini-stages, dans tous les départements et secteurs d’activité : le Pass’métiers. Dans le domaine agricole, il est piloté par les chambres d’agriculture qui délivrent les conventions de stage et s’occupent de l’assurance, l’organisation pratique et le contenu étant à définir entre le stagiaire et le maître de stage. Des explications sont disponibles sur les sites internet des structures départementales, ainsi que la liste des entreprises agricoles et para-agricoles prêtes à accueillir des stagiaires.

Découvrez également la plateforme stage-agricole.com :
Témoignage − Cédric, maître de stage, et Kerian, stagiaire se sont bien trouvés

À noter que ceux-ci peuvent demander plus facilement à la suite de cette expérience, ou les agriculteurs proposer, un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. D’ailleurs, les chambres d’agriculture peuvent accompagner les jeunes et les exploitants agricoles dans leurs démarches. Il est aussi possible de voir, au cours du stage, deux métiers différents au sein d’une même structure ou le même dans deux entreprises distinctes.

En Corrèze, Thomas, 14 ans, a passé plusieurs jours sur la ferme de Pierre-Henri grâce au Pass’métiers. Il a même été le premier stagiaire de cette opération dans le département, comme le souligne notre consoeur de France 3. Tous deux semblent satisfaits comme le montre cette vidéo publiée sur Youtube :

En Corrèze, Thomas, 14 ans, a passé plusieurs jours sur la ferme de Pierre-Henri grâce au Pass’métiers. Il a même été le premier stagiaire de cette opération dans le département, comme le souligne notre consoeur de France 3. Thomas a touché un peu à tout : il a « fait téter les veaux, nourri les porcs », aider à placer les enrouleurs pour irriguer le maïs, « à déplacer des vaches d’un pré à un autre », à ramasser les balles de paille qui « serviront de litière aux animaux l’hiver », explique alors Pierre-Henri qui en profite pour insister sur le fait que « toutes  les céréales produites sur l’exploitation sont consommées » par le troupeau. « Plus les stagiaires sont jeunes, plus ils sont réceptifs », conclut-il à propos de ce stage que sa courte durée rend « ludique » selon lui. « Si on peut intéresser quelques jeunes à l’agriculture, les agriculteurs seront gagnants. »