FranceAgriMer

Une nouvelle gouvernance pour plus de transversalité


TNC le 18/11/2019 à 17:40
FranceAgriMer s'est doté d'une nouvelle gouvernance (©FranceAgriMer)

FranceAgriMer s'est doté d'une nouvelle gouvernance (©FranceAgriMer)

Dans la lignée des États généraux de l’alimentation, l’organisme public FranceAgriMer a modifié sa gouvernance pour donner plus de place aux interprofessions et aux stratégies de filières. Un conseil d’orientation a été créé, et un certain nombre de conseils spécialisés ont été regroupés.

Poursuivant un travail engagé dans le cadre des États généraux de l’alimentation, un décret publié le 24 mai 2019 a entériné la mise en place d’une nouvelle gouvernance de FranceAgriMer, l’organisme public qui facilite la concertation entre les filières (agricoles et maritime). Ce dernier a présenté début novembre sa nouvelle organisation.

Une nouvelle instance, le conseil d’orientation, a ainsi été mise en place avec « pour mission de débattre des grandes orientations et des stratégies, en particularité sur le plan économique, d’orienter les travaux et d’organiser leur cohérence », a expliqué Christine Avelin, directrice de FranceAgriMer.

À lire également, ces articles relatifs aux derniers travaux et études publiés par FranceAgriMer :

 

Une première réunion du conseil d’orientation s’est ainsi tenue le 5 novembre, sous la présidence d’Henri Brichart, également président du conseil d’administration de l’organisme.

Sept conseils spécialisés au lieu de onze

Les conseils spécialisés ont été maintenus « car les discussions par filière restent la base des travaux », indique également Christine Avelin, mais un certain nombre d’entre eux ont été regroupés. Ainsi, un conseil spécialisé « grandes cultures » a été créé, regroupant les céréales, les oléo-protéagineux, et le sucre. Un conseil spécialisé « ruminants » fusionne quant à lui les anciens conseils ruminants lait et viande, tandis qu’un conseil « productions végétales spécialisées » englobe désormais l’horticulture et les plantes à parfum, aromatiques et médicinales, ce qui porte le nombre de conseils spécialisés à sept au lieu de onze auparavant.

Autre nouveauté, les présidents de ces conseils spécialisés sont désormais secondés d’un vice-président.

Pour Henri Brichart, qui représente les professionnels, « deux points étaient importants pour nous, professionnels agricoles, dans la mise en place de cette nouvelle gouvernance : conserver le rôle extrêmement important des professionnels dans cet établissement, ce qui constitue une véritable particularité pour un établissement public, et permettre, à travers la création du conseil d’orientation, de ne pas traiter les sujets en silo ».

Deux commissions thématiques ont par ailleurs été mises en place, l’une sur l’international, l’autre sur la bioéconomie.