Changement climatique

Un rapport sénatorial préconise un plan national d’adaptation de l’agriculture


TNC le 22/05/2019 à 10:35

La France doit faire plus pour s'adapter au changement climatique, selon un rapport sénatorial publié jeudi 16 mai, qui plaide pour que l'Etat et des collectivités territoriales s'engagent davantage. Il soulève la question de l'adaptation de certains secteurs comme l'agriculture et le tourisme.

Le gouvernement a présenté en décembre le deuxième plan national d’adaptation au changement climatique, doté d’un budget de 3,5 milliards d’euros sur cinq ans et qui vise à adapter le pays au réchauffement du climat et aux aléas en découlant.

Dans leur rapport, les sénateurs Ronan Dantec – qui préside la commission chargée du suivi de la mise en œuvre du plan – et Jean-Yves Roux émettent 18 propositions.


Ils préconisent d’« inscrire plus activement l’adaptation au changement climatique dans le débat public », d’« instaurer un pilotage plus interministériel des politiques d’adaptation », d’estimer les « besoins financiers nécessaires » et d’« accélérer la déclinaison des politiques d’adaptation dans les collectivités et les filières économiques ».

Il est nécessaire d’impliquer plus fortement certains ministères, comme celui de l’économie, dans la réflexion sur l’adaptation au changement climatique, souligne le rapport.

Le rapport insiste sur l’importance de la gestion de l’eau et prône la mise en place d’un « plan national d’adaptation de l’agriculture ». Les propositions en lien avec l’agriculture :

  • « mieux rémunérer les services agroenvironnementaux afin d’accélérer la mutation vers l’agro-écologie, notamment en mobilisant des fonds sur le pilier 2 de la Pac ;
  • intégrer l’enjeu de l’irrigation de manière responsable en développant le stockage de surface là où il est nécessaire mais en le conditionnant à la mise en œuvre de pratiques agricoles plus économes de l’eau et respectueuses de la biodiversité ;
  • renforcer les mécanismes de couverture assurantielle en tenant compte des efforts d’adaptation des exploitants agricoles ».

À lire aussi : L’Etat veut généraliser les « projets de territoire pour la gestion de l’eau »