Chicago hebdo

Pour le soja, l’espoir de nouvelles commandes chinoises limite les pertes


AFP le 02/02/2019 à 17:12

Les cours du soja et dans une moindre mesure du maïs ont fluctué cette semaine au gré des négociations commerciales sino-américaines tandis que le blé a été influencé par la vague de froid qui s'est abattue sur les États-Unis.

Après un début de semaine aux échanges limités, les cours du soja et du maïs se sont nettement redressés vendredi alors que la Chine et les États-Unis ont fait état jeudi soir de progrès importants à l’issue de discussions bilatérales à Washington. Un responsable chinois a notamment évoqué l’achat de 5 millions de tonnes de soja supplémentaires. Pékin, qui dans le cadre de la guerre commerciale avec Washington a imposé  des taxes à l’importation très élevées l’été dernier sur le soja et quelques  autres produits agricoles américains, s’était déjà engagé début décembre à  augmenter ses commandes.

Le ministère américain de l’agriculture (USDA) n’ayant pas diffusé de  statistiques pendant les 35 jours que l’administration est restée partiellement fermée, il n’est pas possible de déterminer avec certitude la quantité de soja achetée depuis par les Chinois. Mais plusieurs analystes interrogés par l’AFP estimaient que Pékin avait depuis décembre passé commande pour environ 5 millions de tonnes de soja. « Avec 10 millions de tonnes, on resterait encore loin des 32 millions de tonnes de soja américain exportées en Chine en 2017 mais on rattraperait le retard », a souligné Dax Wedemeyer de la maison de courtage US Commodities.

Impact limité des températures glaciales

L’annonce de jeudi a permis en tout cas aux cours du soja et du maïs de limiter leurs pertes. « Il faut bien sûr voir comment se déroule la prochaine phase de négociations en Chine mais en attendant, cela apporte un peu d’optimisme et alimente une vague d’achat en ce premier jour du mois », a souligné M. Wedemeyer. L’enthousiasme des courtiers s’est toutefois un peu émoussé en fin de séance. Les acteurs du marché surveillaient aussi cette semaine les conditions météorologiques en Amérique latine, en particulier l’arrivée de pluies dans certaines zones particulièrement sèches du Brésil et le trop-plein de précipitations dans certaines régions d’Argentine. Mais ils attendaient surtout les estimations du prochain rapport de l’USDA sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde) le 8 février pour se faire une meilleure idée de l’impact de ces aléas météorologiques sur les récoltes en cours au Brésil et en Argentine.

Ce rapport donnera également des estimations sur la production de 2018 et, pour les États-Unis, sur la superficie consacrée à chaque céréale. «On s’attend en particulier à ce qu’ils révisent à la baisse les superficies de blé d’hiver », a souligné Jack Scoville de Price Futures Group. L’anticipation des températures glaciales qui ont presque paralysé le centre des États-Unis ces derniers jours a fait un peu monter les cours de la céréale en début de semaine, certains craignant que le blé d’hiver non recouvert d’une couche de neige ne gèle. « Mais au final, ces températures ne devraient apparemment pas avoir détruit tant de blé d’hiver que cela », a remarqué M. Wedemeyer.

Exportations de blé US décevantes 

Les investisseurs continuent par ailleurs de scruter les chiffres sur les exportations russes de blé. Alors que la production en 2018 a été moins abondante que l’année précédente en Russie, et que d’autres pays comme l’Australie ont rencontré des problèmes de production, les agriculteurs américains espéraient pouvoir engranger plus de commandes. Mais, comme confirmé par le dernier rapport hebdomadaire sur les cargaisons envoyées à l’étranger, « les exportations restent encore décevantes », a observé M. Scoville.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé vendredi à 3,7825 dollars contre 3,8025 dollars vendredi dernier à la clôture (- 0,5 %). Le boisseau de blé pour mars, également le plus actif, a clôturé à 5,2425 dollars contre 5,2000 dollars en fin de semaine dernière (+ 0,8 %). Le boisseau de soja pour mars, le contrat le plus échangé, a clôturé à 9,1775 dollars contre 9,2525 dollars vendredi dernier (- 0,8 %).