Agroalimentaire

L’excédent agroalimentaire français s’accroît en octobre grâce aux exportations


AFP le 17/12/2018 à 14:45

L'excédent des échanges agroalimentaires français s'est fortement accru en octobre après deux mois de baisse, grâce à l'augmentation des exportations, largement supérieure à celle des importations, sur un an.

L’excédent agroalimentaire français a ainsi atteint 954 millions d’euros, en hausse de 220 millions d’euros sur 12 mois, selon un communiqué d’Agreste,  le service de statistiques du ministère de l’agriculture, publié lundi. Les exportations, qui représentent plus de 1,2 milliard d’euros, progressent de 107 millions d’euros, en hausse de 9 % sur un an. Les céréales, au premier rang des produits expédiés, voient la valeur de leurs exportations  augmenter de 62 millions d’euros sur un an (+ 16 %).

Concernant les produits agricoles bruts, le solde des échanges affiche un excédent de 91 millions d’euros, en progression de 84 millions d’euros grâce à la hausse des exportations. Les exportations de légumes augmentent de 38 millions d’euros sur un an avec notamment des ventes de pommes de terre qui progressent de 25 millions d’euros, le recul de la production 2018 tirant les prix de vente à la hausse. L’excédent commercial en produits transformés, lui, croît de 136 millions d’euros sur un an, à 863 millions d’euros, parallèlement à des exportations en augmentation de 159 millions d’euros sur un an, soit + 4 %, à 4,6 milliards d’euros, notamment grâce aux vins et aux spiritueux.

Toutefois, l’amélioration de l’excédent des échanges agroalimentaires français concerne pour l’essentiel les pays tiers. Les ventes de vins augmentent ainsi de 59 millions d’euros sur un an, portées par la demande dynamique en provenance des États-Unis et par une meilleure valorisation des marchandises vendues à destination du Royaume Uni. Les exportations de spiritueux (cognac, rhum, etc.) progressent, elles, de 54 millions d’euros sur un an, avec une demande en hausse en provenance du continent asiatique (notamment de Chine, de Hong Kong et de la Malaisie) et des États-Unis (premier débouché pour le cognac).