Repas végétarien

Les restos universitaires se mettent au « lundi vert »


AFP le 11/10/2019 à 11:35

Les 788 restaurants universitaires de France s'engagent dans le « lundi vert », autrement dit, ils proposeront tous les lundis un repas végétarien, a annoncé la présidente du Cnous, Dominique Marchand, vendredi à Grenoble, où la démarche est expérimentée depuis janvier.

L’expérience grenobloise avait démarré dans la foulée de l’appel au « lundi vert », sans viande ni poisson, lancé par 500 artistes, scientifiques ou défenseurs de l’environnement dans une tribune publiée sur le site du Monde, à l’initiative notamment de Laurent Bègue, directeur de la Maison des sciences de l’Homme (CNRS et Université Grenoble Alpes-UGA).

Au lancement du « lundi vert », le choix des repas végétariens était de l’ordre de « 15 % » dans les restaurants du Crous Alpes et cette proportion est montée « à 35 % » avant les grandes vacances, a indiqué à l’AFP Bénédicte Corvaisier, sa directrice générale.

Ce succès a décidé le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (Cnous) à généraliser la démarche. « Il s’agit de répondre aux attentes des étudiants », a souligné de son côté Dominique Marchand. « Les enquêtes annuelles (100 000 réponses en 2019) nous confirment leur engagement dans des actions de développement durable », a relevé la présidente du Cnous, insistant autant sur la « prise de conscience des enjeux environnementaux » que sur l’importance d’une « alimentation équilibrée comme déterminant de santé ».

Lire aussi : « Samedi rouge » – Après le lundi vert, la filière se mobilise pour défendre la place de la viande

Les 26 Crous de l’Hexagone et des outre-mer servent chaque année 69 millions de repas à tarif social de 3,30 €. L’offre végétarienne s’inscrit « dans une logique d’achats locaux et de circuits courts » et bientôt de plus en plus biologiques en application de la nouvelle loi Égalim, issue des états généraux de l’alimentation, a ajouté Dominique Marchand. « On va démarrer une étude sur le changement alimentaire des étudiants, en mettant à disposition sur les repas du lundi des pics-drapeaux invitant à se connecter au site wwww.lundi-vert.fr afin qu’ils participent à un suivi à grande échelle », a conclu le sociologue social, Laurent Bègue.