Crédit

Les garanties d’un emprunt se négocient


Cogedis le 18/06/2021 à 10:19

Lorsqu’un organisme prêteur accorde un crédit à une entreprise, les risques pouvant engendrer une défaillance de paiement sont scrupuleusement examinés. Plus l’organisme estime que les risques sont grands et plus la nature et l'étendue des garanties demandées à l’emprunteur seront importantes. La négociation est possible.

Les 4 types de garanties les plus fréquemment proposées

  • L’hypothèque (très répandue),
  • Le privilège de prêteur de deniers (qui ne porte que sur des bien existants, contrairement à l’hypothèque),
  • Le cautionnement (par le biais d’une société de cautionnement mutuel ou par une personne qui s’engage à rembourser les sommes dues au créancier),
  • Le nantissement (la remise au créancier des valeurs ou placements en garantie du crédit accordé).

Sur quels critères le montant et le type de garanties se basent-ils ?

  • Le montant emprunté,
  • L’activité professionnelle,
  • La rentabilité du projet,
  • La situation financière de l’emprunteur,
  • Le patrimoine de l’emprunteur,
  • L’âge…

Le montant et le type de garanties varient en fonction de tous ces critères.

Quels sont les risques le plus généralement couverts ?

  • La solvabilité de l’emprunteur,
  • L’incapacité temporaire de travail,
  • L’invalidité permanente, le décès de l’emprunteur,
  • La perte d’emploi.

Souvent, la couverture de ces risques coûte en moyenne de 0,3% à 0,6% du montant emprunté.

Cogedis, l’Expertise Comptable