Consommation de viande

Les Français ont acheté plus de viande en 2020, mais ils en ont mangé moins


TNC le 21/07/2021 à 10:18
Si la consommation de viande a baissé en 2020, celle de viande à domicile a augmenté. (©Pixabay)

Si la consommation de viande a baissé en 2020, celle de viande à domicile a augmenté. (©Pixabay)

La consommation de viande a reculé en 2020 pour la deuxième année consécutive, en lien avec la crise sanitaire. Celle de viande bovine poursuit une baisse entamée en 2015, même si elle connaît une hausse, inédite, des achats des ménages.

En 2020, la consommation de viande par les Français a de nouveau reculé, en moyenne de 1,5 % sur un an et de 1,7 % par habitant, indique une note de conjoncture publiée par FranceAgriMer, en collaboration avec le ministère de l’agriculture, début juillet. La baisse est encore plus marquée pour la viande de boucherie, dont la consommation diminue de – 2,1 %, confirmant une tendance à la baisse observable depuis une dizaine d’années (- 0,4 % en moyenne par an entre 2010 et 2019).

Malgré tout, l’influence de la crise sanitaire est perceptible dans le recul de la consommation de viande bovine, aggravant la baisse : de – 1,2 % en 2019, elle passe à – 2,9 % en 2020. Sur la période 2010-2019, la consommation de viande bovine a diminué de 0,7 % en moyenne par an, mais elle reste en volume la seconde viande la plus consommée en France (1 495 milliers de tec) après celle de porc, et devant celle de poulet, indique la note. La consommation moyenne par habitant de viande bovine regresse également, passant de 24,3 kg-équivalentcarcasse (kgec) par habitant en 2019, à 23,6 kgec en 2020. À titre de comparaison, elle s’élevait à 26 kgec par habitant entre 2003 et 2012.

Touchées de plein fouet par les restrictions pesant sur la restauration hors domicile, les importations de viande bovine ont elle aussi fléchi (- 16,8 % sur un an), pour atteindre près de 283 milliers de tec en 2020.

Forte augmentation de quantités achetées

En raison de la fermeture de la restauration collective et des confinements, les achats de viande par les ménages sont en hausse, notamment pour la viande de boucherie, avec + 6,4 % par rapport à 2019. Toutes les catégories (viande fraîche hors produits élaborés, produits élaborés, viandes congelées) sont concernées par cette hausse, et ont ainsi bénéficié d’une revalorisation des prix au détail : le prix moyen d’achat des viandes de boucherie en 2020 est de 11,4 €/kg, en hausse de 3,1 % par rapport à 2019.

Dans cette dynamique, les achats de viande bovine ont augmenté de 8,9 % au total. Hors produits élaborés, ils grimpent de 2,8 %, ce qui tranche avec la baisse constante des dernières années. Les viandes à bouillir ou à braiser sont en progression de 6,1 % et les viandes à griller de 1,1 %. Tiré par la demande en hausse, le prix de la viande bovine hors produits élaborés progresse de 2,5 %.

La viande hachée tire les achats

Dans ce contexte, la consommation de viande hachée, pratique à consommer, a connu une forte croissance en 2020 : + 14,6 %. La consommation de viande hachée fraîche a grimpé de + 10,6 %, la viande hachée surgelée de + 19,7 %. Cette dynamique a tiré les prix à la hausse, en particulier les prix à la consommation des viandes hachées bovines (+ 17 centimes/kg, soit + 2 %).