Euronext

Les cours des céréales toujours soutenus par les intempéries américaines


AFP le 21/05/2019 à 14:12

Les prix du blé et du maïs poursuivaient, mardi leur progression, toujours soutenus par les inquiétudes météo concernant les cultures aux États-Unis.

Les prix ont bondi lundi soir à la Bourse de Chicago, avant un rapport sur l’avancée des semis, notamment de maïs, aux États-Unis. Finalement, les semis de maïs sont estimés comme réalisés à 49 %, contre des attentes de 50 % (80 % sur la moyenne des 5 ans à ce stade), indiquait le cabinet Agritel, dans une note. « Par contre, les semis de blés de printemps progressent plus vite que prévu à 70 % (45 % la semaine dernière, 76 % l’an dernier et 80 % en moyenne) et 54 % des blés d’hiver sont à l’épiaison (42, 59 et 66). Enfin, attendues à la baisse, les conditions des blés d’hiver progressent à 66 % de bons à excellents », notait le cabinet Inter-Courtage. « La suite des évènements dépendra bien entendu des conditions climatiques à venir, notamment sur la semaine prochaine », estimait Agritel, qui faisait état d’importantes pluies encore attendues sur la Corn Belt à compter de mercredi, et pour au moins encore 3 jours. Ce contexte difficile pour les céréaliers américains contribuait à soutenir les cours des céréales à l’échelle planétaire. Même les pays dits du bassin de la mer Noire, comme la Russie, ont vu les prix progresser depuis la semaine passée, en dépit d’une récolte attendue comme extrêmement abondante, cette année.

Peu avant 13h30 (11h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé regagnait 75 centimes d’euro sur l’échéance de septembre à 176,75 euros et 50 centimes sur le contrat de décembre à 180,25, pour près de 14 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, progressait plus nettement, augmentant d’un euro, tant sur l’échéance de juin à 163,75 euros, que sur celle d’août à 169,50 euros, pour un peu moins de 400 lots échangés.