Chicago hebdo

Le soja monte, en pleine incertitude sur les récoltes


AFP le 22/06/2019 à 15:42
 « Les stocks mondiaux de soja sont très abondants » selon Dewey Strickler de AG Watch Market Advisors. (©TNC)

« Les stocks mondiaux de soja sont très abondants » selon Dewey Strickler de AG Watch Market Advisors. (©TNC)

Le cours du soja a avancé cette semaine à Chicago, l'humidité dont souffrent les zones de production américaines faisant craindre une chute des récoltes aux États-Unis. Le maïs et le blé, qui avaient beaucoup augmenté au cours des semaines précédentes, ont un peu fléchi.

« Les inquiétudes sont grandes quant aux surfaces de soja risquant de ne pas être semées aux États-Unis », a commenté Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors. La faute aux précipitations historiques sur les zones de production agricoles US au cours des derniers semaines, dont les prévisionnistes ne prévoient pas d’issue dans les prochains jours.

Lire aussi :
Chicago − Le soja monte avec la crainte de voir des récoltes décevantes

Le retard dans les semis de printemps américains s’affiche chaque lundi soir sur les tableaux du ministère américain de l’agriculture (USDA) : selon son dernier pointage hebdomadaire, les semis étaient effectués à 77 % au 16 juin, contre une moyenne de 93 % entre 2014 et 2018.

Les prochains rapports de l’USDA seront scrutés car ils pourront montrer une baisse des perspectives de production aux États-Unis. Toutefois, affirme M. Strickler, « gardons à l’esprit que si la progression des semis évolue sous les anticipations, les stocks mondiaux sont très abondants » pour l’oléagineux.

Les semis de maïs sont quasiment achevés

Le maïs a, pour sa part, repris sa respiration après avoir bondi ces dernières semaines. Le cours a pris plus de 30 % entre la mi-mai et la mi-juin et a même clôturé ces derniers jours à son plus haut niveau depuis 2014. Les semis de maïs sont quasiment achevés et devraient s’afficher en retrait par rapport aux précédentes années en raison des précipitations. Dans l’état actuel, « il y a près de 7,3 millions d’acres qui restent non semés », a affirmé Dewey Strickler.

Le blé a également baissé, affaibli notamment par une évaluation légèrement au-dessus des estimations du blé d’hiver, considéré dans un état « bon » à « excellent » aux États-Unis au 16 juin. Comme le maïs, le blé a pratiquement pris 30 % ces dernières semaines, sous l’effet des conditions climatiques.

Le boisseau de maïs pour livraison en juillet, contrat le plus actif actuellement, évoluait à 4,4875 dollars vers 15 h 50 GMT, contre 4,5300 dollars vendredi dernier à la clôture. Le boisseau de blé (environ 25 kg) pour juillet, également le plus échangé, s’échangeait à 5,2675 dollars, contre 5,3850 dollars une semaine auparavant. Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus actif, cotait 9,0750 dollars, contre 8,9675 dollars il y a une semaine.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.