Chicago

Le soja chute malgré une vente américaine élevée à la Chine


AFP le 14/12/2018 à 09:20

Le cours du soja a nettement reculé jeudi à Chicago malgré l'annonce d'une vente américaine de 1,13 million de tonnes à la Chine, jugée insuffisante par les courtiers, emportant dans son sillage le maïs, tandis que le blé a avancé.

Alors que la Chine multiplie ces derniers jours les gestes d’apaisement avec son partenaire dans le but d’atténuer les tensions commerciales, le ministère américain de l’agriculture (USDA) a annoncé jeudi une vente très importante de 1,13 million de tonnes de soja à des acheteurs chinois, dans la droite ligne des engagements pris par Pékin, selon l’administration Trump, lors du dernier G20 en Argentine. Mais loin d’applaudir cette annonce, les investisseurs ont boudé l’oléagineux jeudi. « Si nous mettons en perspective cette vente et ce que la Chine a acheté aux États-Unis cette année, nous sommes sur des niveaux minuscules », a réagi Bill Nelson de Doane Advisory Services.

Entre janvier et la fin-octobre, les États-Unis ont ainsi exporté vers la Chine 8,2 millions de tonnes, rappelle le spécialiste, contre 31,7 millions en 2017 et 36 millions l’année précédente. « L’année est quasiment terminée et nous allons la terminer à près de quatre fois moins de ventes que l’an dernier », a ajouté Bill Nelson. La Chine, qui a importé l’an dernier le tiers de la production américaine, impose depuis plusieurs mois des droits de douane supplémentaires de 25 % sur ses achats d’oléagineux en provenance des États-Unis.

La chute du cours du soja dans ces circonstances a influencé celle du maïs, le cours de la céréale étant également un peu lesté par des ventes hebdomadaires américaines à l’étranger dans la fourchette basse des anticipations des analystes, d’après un rapport de l’USDA jeudi. Le blé a pour sa part avancé jeudi, aidé à l’inverse par des ventes hebdomadaires à l’étranger plutôt bien orientées, à 754 100 tonnes. Mais les observateurs avait l’œil rivé sur Moscou, alors que le ministre de l’agriculture russe a convié les exportateurs du pays à une réunion le 21 décembre.

« Des rumeurs évoquent une potentielle baisse des exportations à la clé de cette réunion, en raison d’inquiétudes sur la qualité de la récolte », a affirmé Bill Nelson. Une telle situation laisserait un peu de champ libre aux ventes américaines. Ces rumeurs surviennent alors que l’USDA a prévu dans un rapport mensuel (Wasde) publié mardi une hausse surprise des exportations de blé russe, estimées à 36,5 millions de tonnes contre 35 millions le mois dernier. Ce chiffre a entraîné mécaniquement une baisse des prévisions d’exportations 2018/2019 des États-Unis (- 700 000 tonnes) et de l’Union européenne (- 1 Mt).

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé jeudi à 3,8425 dollars contre 3,8525 dollars la veille à la clôture. Le boisseau de blé pour mars, également le plus échangé, a fini à 5,3600 dollars contre 5,2650 dollars la veille. Le boisseau de soja pour janvier, contrat le plus échangé, a clôturé à 9,0700 dollars contre 9,2000 dollars mercredi à la clôture.