Euronext

Le colza en baisse, dans le sillage des autres huiles


AFP le 23/11/2021 à 17:15

Les prix du colza étaient en baisse mardi à la mi-journée sur le marché européen, après l'annonce des États-Unis sur le prélèvement de leurs réserves stratégiques de pétrole.

Les États-Unis et d’autres pays, dont la Chine, vont utiliser leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les cours de l’or noir, a annoncé mardi la Maison Blanche.

Les cours du pétrole avaient commencé à baisser ces derniers jours, dans l’attente de cette annonce. Mercredi, les cours des huiles de soja, de palme et du canola (colza OGM canadien) étaient tous en baisse.

Le colza, comme les autres oléagineux, est largement valorisé comme agrocarburant.

Par ailleurs, en France, premier producteur européen d’oléoprotéagineux (colza, tournesol, pois et soja), la filière a appelé mardi à diminuer la dépendance du pays aux importations de protéines végétales.

Pour cela, la filière appelle à amplifier les efforts de recherche agronomique, notamment concernant la sélection variétale, et à en assurer la « compétitivité écologique », en imposant les standards exigeants européens aux frontières.

L’un des sujets d’inquiétude de la filière est l’ interdiction à venir du phosmet, un pesticide utilisé contre un coléoptère s’attaquant au colza, qui devrait être entérinée au niveau européen d’ici début 2022.

« Si l’interdiction de l’usage du phosmet entre en vigueur à l’automne 2022 et qu’aucune solution alternative n’est trouvée, il y a un risque de voir disparaître 30 % des surfaces de colza en France », a souligné Arnaud Rousseau, le président de la filière lors d’une conférence de presse à Paris.

De plus, sans « clauses miroirs », le colza européen subirait de plein fouet la concurrence du colza OGM canadien, le canola, lui largement traité aux insecticides, ont ajouté les responsables de la filière.

Sur plus de 2 millions d’hectares, la France produit quelque 7 millions de tonnes d’oléagineux et environ un million de protéagineux. Elle couvre par sa production un peu plus de 50 % des besoins de son élevage en protéines concentrées.

Sur Euronext, vers 15h45 (14h45 GMT), le cours du colza perdait 5,75 euros, à 687,75 euros la tonne sur l’échéance de février, et 4,50 euros, à 662,50 euros la tonne sur celle de mai, pour environ 5 000 lots échangés.

Pour suivre les évolutions des cours des matières premières agricoles, rendez-vous sur les cotations Agri Mutuel.