Prix des matières premières

Le café et le sucre broient du noir, le cacao voit rose


AFP le 17/05/2019 à 15:50

Le café et le sucre ont légèrement reculé sur la semaine, proches de leurs plus bas de l'année tandis que le prix du cacao a grimpé.

Le café se morfond

Après avoir entamé un rebond en début de semaine, le cours du robusta est retombé et approchait de son plus bas en plusieurs années atteint au début du mois. L’arabica reste également à un niveau historiquement bas. « Il n’y a pas d’informations fortes sur le marché, qui se focalise toujours sur une récolte abondante attendue au Brésil – principal producteur d’arabica – alors que le pays ploie déjà sous les stocks accumulés après la saison record de l’année dernière », ont résumé les analystes de I&M Smith.

« Avec des prix au plus bas depuis une décennie, les fermiers vont commencer à abandonner le café », ont estimé les analystes de Capital Economics, qui parient sur un rebond des cours en 2019-2020, avant que « des gains de productivités et des récoltes plus abondantes chez de nouveaux pays producteurs (notamment en Ethiopie et en Ouganda) ne pèsent à nouveau sur les cours ».

Rebond du cacao

Le cacao a remonté sur la semaine. « Les arrivées dans les ports ivoiriens sont importantes, mais les exportations aussi », a commenté Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group. Dans un marché constitué de fermes relativement petites en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial, les arrivées dans les ports sont le premier indicateur tangible de l’ampleur de l’offre après la récolte.

Le sucre incertain

Les prix du sucre sont restés relativement stables, à des niveaux proches de leurs plus bas de l’année. Alors que la production suit des tendances différentes dans plusieurs pays, « les prévisions des observateurs du marché divergent », ont souligné les analystes de Commerzbank. Les analystes de INTL FCStone misent en effet sur un équilibre de l’offre et de la demande sur la saison 2018-2019, qui s’achèvera en octobre, tandis que ceux de S&P Global Platts prévoient un déficit dû à une baisse de la production en Inde et en Thaïlande. « Mais le courtier ED&F Man envisage un surplus de 2 millions de tonnes dans la saison à venir, c’est à peine moins que celui de cette année », ont remarqué les analystes de Commerzbank.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en juillet valait 1.310 dollars vendredi à 11 h 15 GMT, contre 1.343 dollars le vendredi précédent à 09 h 20 GMT. Sur l’Ice Futures US de New York, la livre d’Arabica pour livraison en juillet valait 90,75 cents, contre 90,80 cents sept jours auparavant.

À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 323,30 dollars, contre 324,50 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de sucre brut pour livraison en juillet valait 11,69 cents, contre 11,78 cents sept jours auparavant. 

À Londres, la tonne de cacao pour livraison en juillet valait 1.743 livres sterling, contre 1.706 livres sterling le vendredi précédent. À New York, la tonne pour livraison en juillet valait 2.372 dollars, contre 2.317 dollars sept jours plus tôt.