Matières premières agricoles

Le café boit la tasse, le sucre et le cacao montent


AFP le 05/04/2019 à 13:57

Le café a creusé ses plus bas en plusieurs années avant de se stabiliser sur la semaine, tandis que le cacao et le sucre se sont inscrits en hausse.

Le café se stabilise

Après avoir poursuivi leur plongeon en début de semaine, les cours du café ont tenté de se reprendre sur les dernières séances. Mardi, le prix du robusta a sombré à 1 395 dollars la tonne, à son plus bas depuis trois ans à Londres, tandis que l’arabica échangé à New York a chuté à 91,25 cents la livre, à son plus bas depuis 13 ans.

Alors que le marché croule sous l’offre, ce qui pèse sur les prix depuis plusieurs mois, les analystes se sont plutôt étonnés de voir les cours rebondir en fin de semaine. « Des investisseurs qui pariaient sur la baisse des cours ont probablement mis un terme à leur position face à la reprise du réal brésilien », ont commenté les analystes de Commerzbank. Quand le réal est fort, cela rend les exportateurs brésiliens moins enclins à vendre leur café, vu qu’ils en tirent un bénéfice moins élevé dans leur monnaie locale.

Le sucre entre deux feux

Les cours du sucre ont également profité de l’appréciation du réal, puisque le Brésil est le premier producteur mondial de canne à sucre. « Mais cette tendance est contrée par les raffineries thaïlandaises, qui n’ont pas fini de vendre leurs produits », a commenté Nick Penney, analyste chez Sucden, qui note qu’un troisième grand producteur, l’Inde, devrait exporter une partie de sa récolte.

Envol inattendu du cacao

Les cours du cacao se sont envolés sur la semaine. La cotation de Londres a atteint son plus haut en un mois et demi, à 1 745 livres sterling la tonne, tandis que les prix grimpaient à leur plus haut en près de trois mois à New York le même jour, à 2 411 dollars. « Il s’agit d’achats spéculatifs », a commenté Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group. Aucune information fondamentale sur le marché n’explique en effet cette hausse des prix, alors que les agriculteurs sont actuellement entre deux récoltes en Afrique de l’Ouest, principale région productrice.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en mai valait 1 439 dollars vendredi à 11h00 GMT, contre 1 495 dollars le vendredi précédent à 11h40 GMT. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’arabica pour livraison en mai valait 94,90 cents, contre 94,80 cents sept jours auparavant. À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 337,90 dollars, contre 326,60 dollars le vendredi précédent mais pour livraison en mai. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en mai valait 12,70 cents, contre 12,55 cents sept jours auparavant. À Londres, la tonne de cacao pour livraison en juillet valait 1 737 livres sterling, contre 1 712 livres sterling le vendredi précédent mais pour livraison en mai. À New York, la tonne pour livraison en juillet valait 2 393 dollars, contre 2 271 dollars sept jours plus tôt mais pour le contrat de mai.