Matières premières

Le cacao grimpe, le sucre monte et le café baisse


AFP le 14/06/2019 à 14:43

Le cacao a grimpé sous l'impulsion des deux premiers producteurs mondiaux, le Ghana et la Côte d'Ivoire, qui demandent un prix plancher aux acheteurs, tandis que le sucre s'est inscrit en hausse et le café en baisse.

Le cacao flambe

Les prix du cacao ont grimpé mercredi à 1 879 livres sterling à Londres et à 2 552 dollars à New York, à leurs plus haut niveaux depuis 11 mois. La Côte d’Ivoire et le Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux, ont annoncé mercredi qu’ils ne vendraient plus leur cacao en deçà de 2 600 dollars la tonne, une décision « historique » présentée comme un moyen de mieux rémunérer les agriculteurs. Cependant, cette hausse pourrait n’être que temporaire, prévient Casper Burgering, analyste matières premières pour la banque néerlandaise ABN Amro, joint par l’AFP. « Pour l’instant, il y a nettement assez de cacao pour répondre à la demande », a-t-il commenté, et « puisque la mise en place de ce prix plancher va mettre un an, plus ou moins, il y a un risque que les cours actuels redescendent ». Par ailleurs, il est possible qu’un tel prix plancher incite les agriculteurs à produire de plus en plus de cacao, ce qui pourrait produire « un excédent de production », s’est inquiété Carlos Mera, analyste chez Rabo Bank. « Quel serait le plan pour gérer une telle situation n’est pas clair », a-t-il souligné.

Le café recule

Les prix du café ont reculé sur la semaine. Selon les analystes de I&M Smith, cette baisse est en partie due à l’abondance d’arabica récolté au Brésil, premier producteur mondial, « qui vient s’ajouter à des réserves abondantes des saisons précédentes ». Ces informations ont suffi à pousser les fonds d’investissement à reprendre leurs paris à la baisse sur le café, ont estimé les analystes de INTL FCStone.

Le sucre monte

Le prix de la livre de sucre brut a grimpé sur la semaine et avait atteint jeudi 12,75 cents, à son plus haut depuis presque un mois et demi. Outre une production moindre qu’attendu au Brésil, premier producteur mondial, « la météo est sèche en Inde, ce qui risque de faire reculer la production de canne » et de limiter l’offre mondiale, a expliqué Nick Penney, courtier chez Sucden.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en septembre valait 1 415 dollars vendredi à 10h25 GMT, contre 1 430 dollars le vendredi précédent à 12h20 GMT mais pour livraison en juillet. Sur l’ICE Futures US de New York, la livre d’arabica pour livraison en septembre valait 100,10 cents, contre 101,35 cents sept jours auparavant mais pour livraison en juillet. À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en août valait 335,50 dollars, contre 338,20 dollars le vendredi précédent. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en juillet valait 12,73 cents, contre 12,45 cents sept jours auparavant. À Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1 859 livres sterling, contre 1 768 livres sterling le vendredi précédent mais pour livraison en juillet. À New York, la tonne pour livraison en septembre valait 2 509 dollars, contre 2 434 dollars sept jours plus tôt mais pour livraison en juillet.