Alimentation

Le Brexit risque de changer les habitudes alimentaires des Britanniques


AFP le 22/12/2018 à 16:00

Les Britanniques risquent de devoir changer leurs habitudes alimentaires dans le cas d'une sortie chaotique de l'Union européenne qui compliquerait l'approvisionnement en produits frais venus du continent, rapportait vendredi un quotidien britannique.

Selon le Times, les autorités redoutent que certains produits frais comme les fruits produits en Espagne ou les légumes aux Pays-Bas puissent être bloqués à la frontière si des contrôles plus nombreux étaient requis ou si l’UE limitait les échanges commerciaux après la sortie de l’UE, prévue le 29 mars prochain.

Selon le journal, le gouvernement a identifié un certain nombre de sites où stocker de la nourriture, dans le cadre de ses préparatifs à l’éventualité d’une sortie de l’UE sans accord.

Les Britanniques pourraient même se voir demander de « changer de régime alimentaire » pour s’adapter à d’éventuelles pénuries, affirme le quotidien.

Le Brexit a déjà poussé certaines entreprises à modifier leurs filières d’approvisionnement.

Les chaînes de restaurants Zizzi et ASK vont ainsi remplacer leur mozzarella italienne par une mozzarella produite au Royaume-Uni en raison des inquiétudes suscitées par le Brexit et des préoccupations environnementales, a indiqué Azzurri, la société mère des deux marques, à l’agence de presse britannique Press association.

Le fromage est produit avec du lait provenant du Pays de Galles.

De grands groupes du secteur ont par ailleurs prévenu qu’ils prévoyaient de constituer des stocks, comme le groupe agroalimentaire Premier Foods ou encore le géant des supermarchés Tesco. Le détaillant en vins Majestic Wines stocke, lui, des bouteilles en prévision du Brexit.

Défenseur virulent de la sortie de l’UE, Tim Martin, président de la chaîne de pubs britannique Wetherspoon, a pour sa part annoncé en juin cesser de vendre du champagne dans ses établissements, afin de privilégier les boissons fabriquées au Royaume-Uni et en dehors de l’UE.