Euronext

Le blé toujours soutenu par la demande et de faibles disponibilités


AFP le 18/11/2020 à 15:45

Les prix du blé poursuivaient leur progression, mercredi après-midi, s'installant au-dessus du seuil symbolique des 210 euros, poussés par une demande mondiale toujours forte et une disponibilité revue à la baisse en France.

L’organisme public FranceAgriMer a en effet revu mardi à la baisse son estimation de stock de fin de campagne à 2,49 millions de tonnes contre 3,02 Mt l’an passé. Une évolution qui s’explique par une révision à la hausse de sa projection pour les exportations de blé français vers les pays tiers (hors UE) à 6,85 Mt contre 6,7 en octobre et 13,5 Mt l’an passé, marqué par une bien meilleure récolte et donc nettement plus de marchandises à commercialiser.

« Cela ne laisse que peu de place à de nouvelles surprises, qui pourraient venir néanmoins de la Chine dont les importations origine France sont estimées par les analystes entre 1,5 et 2 Mt », a souligné le cabinet Agritel dans une note publiée mercredi.

À ce stade, la pandémie de Covid-19 semble avoir eu « des effets divergents selon les régions du globe sur la consommation de blé tendre par les moulins, et de farine par la boulangerie et les consommateurs finaux », a souligné le cabinet Inter-Courtage dans une note se basant notamment sur les conclusions d’analystes réunis lors d’une table ronde à la visioconférence Global Grain.

Ces derniers « ont expliqué que, dans l’ensemble, la demande pour ces produits s’est avérée très dynamique ces derniers temps en Asie et en Afrique, et moins en Europe », a ajouté Inter-Courtage.

Selon un opérateur, « nous avons une production planétaire de blé tendre élevée, mais actuellement, la demande l’est encore plus. Nous sommes un peu dans un cercle vicieux : les pays importateurs de blé tendre veulent faire davantage de stocks afin d’éviter une inflation des prix alimentaires, et les exportateurs tentent de vendre moins, pour profiter de la hausse des prix ou pour ne pas épuiser leurs stocks », selon cette note.

Vers 15 h (14 h GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 1,25 euro sur l’échéance de décembre à 211,50 euros, et de 75 centimes sur l’échéance de mars à 210 euros, pour un peu moins de 23 000 lots échangés.

La tonne de maïs, elle, progressait d’1 euro sur l’échéance de janvier à 192,50 euros et d’1 euro également sur l’échéance de mars à 191,75 euros, pour un peu plus de 400 lots échangés.