Euronext

Le blé recule, ajustement des prix face aux Russes


AFP le 16/07/2019 à 14:29

Les prix du blé reculaient mardi à la mi-journée, subissant la pression de la récolte et de fortes disponibilités de marchandises et devant s'ajuster aux prix russes, plus compétitifs sur les marchés mondiaux.

Le marché américain, principal moteur de la hausse des prix ces dernières semaine, était en repli. « Comme il s’essoufle, on manque de soutien », soulignait Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel. D’autant plus que les premiers chiffres d’exportation de céréales annoncés par Bruxelles pour la nouvelle campagne céréalière sont plutôt décevants. Pour les deux premières semaines de la campagne, soit les deux premières semaines de juillet, les exportations de blé tendre s’élèvent à 399 321 tonnes (380 930 tonnes l’an dernier). La France, elle, est à 68 600 tonnes, loin derrière la Roumanie, à 145 600 tonnes. Les exportateurs d’Europe de l’ouest suivent avec intérêt l’évolution des prix sur le bassin de production de la mer Noire, zone qui demeure le principal compétiteur aujourd’hui pour les céréales, soulignait le cabinet Agritel. « Les exportations ne sont pas au rendez-vous. Les Russes sont toujours moins chers que nous. Ça vaut un ajustement des prix », commentait Gautier Le Molgat.

Le bassin de production de la mer Noire continue d’exporter vers l’Europe du maïs, près de 700 000 tonnes entre le 1er et le 14 juillet. En France, les producteurs commencent à avoir des doutes sur la prochaine récolte de maïs, par rapport au temps sec persistant. « Il semble que les cultures se dégradent », commentait Gautier Le Molgat. Interrogée, l’AGPM (producteurs de maïs), sans se montrer alarmiste, se dit inquiète et estime que la météo des quinze prochains jours sera cruciale.

Peu avant 14h00 (12h00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait d’un euro sur l’échéance rapprochée de septembre à 175,75 euros et de 75 centimes d’euro sur l’échéance de décembre à 180,75 euros, pour un peu plus de 10 500 lots échangés. La tonne de maïs, elle, évoluait en ordre dispersé, inchangée sur l’échéance rapprochée d’août, à 177,75 euros, compte tenu des inquiétudes sur la prochaine récolte, et en léger recul sur l’échéance de novembre à 175 euros, pour un peu moins de 500 lots échangés.