Chicago

Le blé plombé par l’abondance des récoltes dans le monde


AFP le 07/08/2019 à 09:38

Le prix du blé coté à Chicago a fortement baissé mardi sous la pression de l'avancée des moissons aux Etats-Unis et de l'apparente abondance des récoltes dans le monde, en France notamment. Les prix du maïs et du soja ont aussi reculé.

« La production française de blé tendre a été revue nettement à la hausse » dans une note du ministère français de l’agriculture, remarque Mike Zuzolo de Global Commodity Analytics. « Du coup la différence entre le prix du blé français et celui du blé américain destiné à l’exportation s’agrandit », rendant le blé américain moins attractif sur le marché mondial, remarque-t-il.

Dans le même temps aux Etats-Unis, les moissons suivent leur cours conformément aux attentes, selon un rapport hebdomadaire des autorités diffusé lundi soir. La récolte de blé d’hiver était notamment moissonnée à hauteur de 82 % au 4 août tandis que celle de blé de printemps a commencé.

Les cours du maïs ont pour leur part surtout reculé « dans le sillage de ceux du blé », selon les analystes de CHS Hedging. D’après le rapport des autorités américaines diffusé lundi, la récolte s’est un peu détériorée par rapport à la semaine dernière, 57 % étant désormais considérée comme bonne à excellente, mais cela reste conforme aux prévisions.

Par ailleurs, remarquent les analystes de CHS, « le ministère ukrainien de l’agriculture a relevé ses estimations sur les surfaces consacrées au maïs dans le pays et, par ricochet, sur la production totale ».

Les cours du soja ont aussi reculé alors que les tensions commerciales entre Washington et Pékin restent vives. Selon le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, le président américain veut toujours un accord commercial avec la Chine mais seulement à condition que ce soit un bon accord. La veille, Pékin a annoncé que les entreprises chinoises allaient cesser les achats de produits agricoles américains, une mesure qualifiée de « coup dur pour les producteurs et éleveurs qui peinent déjà à s’en sortir » par Zippy Duvall, le président du premier syndicat agricole américain Farm Bureau.

« Les économistes du syndicat ont calculé que les exportations vers la Chine avaient déjà reculé de 1,3 milliard de dollars au premier semestre par rapport à la même période » en 2018, a-t-il indiqué dans un communiqué. « On s’attend maintenant à perdre ce qui en 2018 représentait quand même 9,1 milliards de dollars (d’exportations américaines vers la Chine), ce qui était déjà beaucoup moins que les 19,5 milliards de dollars exportés en Chine en 2017 », a-t-il regretté.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mardi à 4,1250 dollars contre 4,1475 dollars la veille (- 0,54 %). Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 4,8400 dollars contre 4,9450 dollars à la clôture précédente (- 2,12 %). Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, s’est établi à 8,6575 dollars contre 8,6875 dollars lundi (0,35 %).