Euronext

Le blé en léger recul, après un appel d’offres infructueux pour les épis français


AFP le 15/11/2019 à 14:28

Les prix du blé français étaient en léger recul vendredi à la mi-journée, au lendemain d'un appel d'offres de l'Égypte lors duquel la France n'a pas été retenue.

L’Égypte a acheté 465 000 tonnes de blé originaires de la mer Noire, dont 120 000 tonnes de blé ukrainien et 345 000 tonnes de blé russe. « Les origines France étaient pénalisées par le différentiel de fret entre la mer Noire et la façade Atlantique », selon le cabinet Agritel.

Dans le meilleur des cas, le blé français était proposé à 233,78 selon le cabinet Inter-Courtage, soit près de 1,5 de plus.

Le cabinet d’études agro-économiques Tallage, spécialisé dans les marchés européens des grains, a tout de même révisé à la hausse sa projection d’exportations de blé européen vers les pays tiers à 28,8 millions de tonnes vers les pays tiers (27,3 Mt en octobre), « du fait de la double compétitivité des blés UE », selon Inter-Courtage.

« Pour les blés allemands, baltes et polonais sur le créneau meunier de haute qualité et pour les blés français, bulgares ou roumains sur la créneau de qualité moyenne », précisait Inter-Courtage.

En France, les semis de blé tendre, toujours perturbés par les intempéries, atteignent désormais 72 % (67 % la semaine dernière), selon le rapport hebdomadaire Céré’Obs de FranceAgriMer, sur l’avancée et les conditions des cultures.

Peu avant 13 h (12 h GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 25 centimes d’euro sur l’échéance de décembre, à 177,25 euros, et de 75 centimes sur l’échéance de mars, à 178,50 euros, pour environ 10 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était à l’équilibre, inchangée sur l’échéance de janvier à 164 euros, et en repli de 25 centimes sur mars à 167,75 euros, pour environ 300 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.