Chicago

Le blé américain continue à baisser, entraînant maïs et soja


AFP le 12/03/2019 à 09:35

Lestés par le manque apparent de compétitivité du blé américain sur le marché mondial, leurs cours ont poursuivi leur chute lundi à Chicago, entraînant dans leur sillage ceux du mais et du soja.

Le boisseau de blé pour livraison en mai a perdu 2,5 % pour terminer à 4,2850 dollars, contre 4,3950 dollars vendredi dernier. Il avait déjà cédé plus de 18 % depuis mi-février. Ce mouvement de ventes « semble guidé par les fonds spéculatifs, qui testent les zones de résistance », a estimé Dax Wedemeyer de la maison de courtage US Commodities.     

« Au niveau mondial, le blé américain continue à pâtir de la concurrence des autres blés, en particulier le blé russe, et se laisse dépasser dans les appels d’offres », a-t-il souligné. Dans le même temps aux Etats-Unis, « le blé d’hiver s’apprête à sortir de la période de dormance sans au final avoir trop souffert du gel », a-t-il ajouté.   

Les cours du maïs ont surtout suivi la trajectoire des prix du blé. Le boisseau (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus échangé, a fini à 3,6200 dollars contre 3,6425 dollars vendredi.

Le soja a également fini en baisse malgré l’annonce d’une vente importante à la Chine. Selon la plateforme affichant au quotidien les plus grosses opérations, des acheteurs chinois ont en effet passé une commande portant sur 926 000 tonnes de soja. Elle fait suite à une commande de 664 000 tonnes dévoilée vendredi. Mais pour Dax Wedemeyer, « ce que veulent voir les courtiers désormais c’est la concrétisation d’un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis ». La Chine, le plus gros acheteur d’oléagineux américain ces dernières années, a en effet imposé de lourds tarifs douaniers sur ses achats il y a plusieurs mois en représailles à des sanctions commerciales mises en œuvre par Washington. En l’absence de réelles avancées dans les négociations permettant d’abaisser les tarifs douaniers imposés par Pékin sur le soja américain, les cours sont par défaut engagés sur une trajectoire baissière selon plusieurs spécialistes.

D’autant plus que le rapport mensuel des autorités américaines sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde diffusé vendredi n’a pas apporté de surprise majeure, si ce n’est que les prévisions de stocks mondiaux de soja étaient supérieures aux anticipations des analystes. Le boisseau de soja (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus échangé, a clôturé à 8,9000 dollars contre 8,9575 dollars vendredi.