Euronext

Le blé à l’équilibre, dans un marché tiraillé par des vents contraires


AFP le 08/07/2019 à 16:43

Les prix du blé étaient à l'équilibre, lundi à la mi-journée, soutenus par des incertitudes météorologiques en France, mais affectés dans le même temps par des perspectives de production record dans des pays comme l'Ukraine.

En France, les derniers épisodes de canicule laissent présager des rendements hétérogènes, en tout cas incertains sur les bassins de production au nord de la Loire, frappés par les fortes chaleurs à un stade critique de développement du grain. « Alors que les chantiers de récolte se poursuivent en Europe, les premiers échos de rendements en orges d’hiver confirment une certaine hétérogénéité en termes de rendements avec globalement des cultures qui auront été peu affectées pour cette céréale par l’épisode de canicule », estimait le cabinet Agritel.

En blé, si les récoltes semblent globalement satisfaisantes dans au sud de la Loire, « le doute subsiste sur l’impact de la sécheresse sur les zones plus tardives », au nord de la Loire donc, soulignait Agritel dans cette note. Il rappelle que dans son rapport Céré’Obs sur l’état des cultures au 1er juillet, FranceAgriMer a nettement révisé les notes des cultures de blé tendre, qui baissent de 5 points, avec 75 % de parcelles « bonnes à très bonnes » (80 % la semaine passée et 73 % en 2018 à ce stade).

L’Ukraine produirait 28,8 Mt de blé

En Ukraine, en revanche, Agritel affiche une estimation de production de blé record à 28,8 Mt, en prenant un rendement moyen de 4,36 t/ha, contre 3,82 t/ha l’an passé. Sur le plan des exportations, le cabinet Inter-Courtage indique dans son rapport du jour, qu’en Algérie, le volume final de blé meunier acheté la semaine dernière pourrait être plus important qu’annoncé initialement et atteindre 420 000 t, au lieu de 360 000 t.

Peu avant 14 h 00 (12 h 00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé meunier reculait de 25 centimes d’euro sur l’échéance de septembre à 178 euros et était inchangée sur celle de décembre à 183 euros, pour environ 4 500 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était inchangée sur l’échéance d’août à 178,25 euros, et progressait de 50 centimes d’euro sur celle de novembre à 175 euros, pour une centaine de lots échangés.