Euronext

Le blé à l’équilibre dans un marché atone


AFP le 23/09/2019 à 13:55

Les prix du blé étaient tout juste dans le vert, lundi à la mi-journée, dans un marché qui se signalait surtout par son apathie, faute d'éléments d'information significatifs.

« On est dans un faux rythme. La semaine dernière, ce sont des éléments exogènes qui ont donné de la fermeté », soulignait Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage, qui évoquait notamment les soubresauts des cours du pétrole. Concernant les nombreux appels d’offres lancés la semaine dernière, qui pour certains observateurs ont également soutenu le marché, il tempérait, rappelant notamment que l’Algérie, qui est revenue aux achats, n’avait pas acheté de blé pour le mois d’octobre.

En revanche, parmi les éléments susceptibles de soutenir les cours dans les prochains jours, Damien Vercambre soulignait la mise en retrait des Ukrainiens qui vont désormais se concentrer d’un point de vue logistique sur la vente de leur récolte de maïs, après avoir écoulé une partie de leur blé. Cet élément est susceptible d’apporter « un regain de fermeté » aux blés russes et, par ricochet, aux blés français.

Peu avant 12h45 (10h45 GMT) sur Euronext, la tonne de blé meunier regagnait 25 centimes d’euro sur l’échéance de décembre à 171,50 euros et 25 centimes également sur l’échéance de mars à 175,75 euros, pour près de 1 700 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était également proche de l’équilibre, inchangée sur l’échéance de novembre à 163,25 euros et en repli de 25 centimes d’euro sur celle de janvier à 168,25 euros, pour un peu plus de 150 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.