Pac/UE

L’agriculture, un secteur essentiel du plan de relance, pour la FNSEA et le DBV


TNC le 20/05/2020 à 15:43

Dans un contexte de crise sanitaire, le soutien aux agriculteurs européens doit être financé par un budget hors Pac, estiment la FNSEA et son homologue allemand, le DBV, qui ont échangé leurs points de vue le 19 mai.

Les représentants de la FNSEA et du DBV, principal syndicat agricole allemand, ont exprimé le 19 mai un certain nombre de points d’accord après un échange sur la situation actuelle et la Pac. Premièrement, les deux syndicats s’opposent à l’utilisation de la réserve de crise et demandent, pour gérer les conséquences de la crise sanitaire, « un budget de crise pour venir en aide aux agriculteurs (…) financé hors Pac. »

Lire aussi : Anne Sander, députée UE : « Il faut un grand plan de financement pour 2021 »

Concernant la Pac en elle-même, les deux organisations rappellent leur souhait d’un budget « stable et fort », une demande qui fait sens, puisque le secteur agricole européen vient de montrer, au cœur de la crise, son efficacité et sa pertinence, estiment les syndicats pour qui « l’agriculture devra être traitée comme un secteur essentiel, dans le cadre du plan de relance européen ».

La FNSEA et le DBV regrettent cependant que Bruxelles n’ait pas reporté la présentation de ses stratégies « de la Ferme à la Fourchette » et Biodiversité 2030 ». Dévoilées le 20 mai, ces stratégies ont été préparées par la Commission avec « une approche peu réaliste et arbitraire », déplorent les syndicats. « Dans le cas de normes européennes unilatéralement plus élevées, les responsables politiques doivent fournir des instruments et des mécanismes, pour rééquilibrer les divergences entre les normes environnementales et climatiques internationales et européennes, et pour prendre en compte ces différences dans les exigences de production », ajoutent les organisations.

Lire aussi : 25 % des terres en bio et une réduction de 50 % des phytos d’ici 2030