Pêche post-Brexit

La France prendra une position « avant Noël », assure Macron


AFP le 19/11/2021 à 19:50

« Nous allons continuer à nous battre, nous ne lâcherons pas nos pêcheurs », a assuré vendredi Emmanuel Macron en annonçant que la France prendra une position « avant Noël » sur le différend avec le Royaume-Uni concernant les licences de pêche.

« Détermination, fermeté et accompagnement de nos pêcheurs, c’est ça la politique que nous faisons depuis le début et nous ne céderons rien », a déclaré le chef de l’État face à la presse à Aulnoye-Aymeries (Nord), alors que l’opposition accuse le gouvernement d’avoir laissé tomber les pêcheurs.

Il a de nouveau appelé avec force la Commission européenne à « jouer son rôle » et à régler le contentieux avec les Britanniques.

« Je recevrai les pêcheurs de toutes les régions concernées une fois que j’aurai les retours de la Commission », a-t-il annoncé à Guise (Aisne) en fin d’après-midi. « Et avant Noël, la France aura pris une position », a-t-il ajouté, en précisant qu’il ne voulait pas « en faire un sujet de la présidence française » de l’Union européenne qui débute le 1er janvier.

« La Commission doit nous protéger. Elle doit aller au bout, ça va trop lentement et trop mollement », a-t-il regretté, en prévenant que si « la Commission ne joue pas son rôle, la France le fera ».

« Le processus est trop lent », a admis à Bruxelles une porte-parole de la Commission. Évoquant un « sujet à traiter d’urgence », cette dernière promet de demander à Londres « une intensification du processus dans un délai clairement défini. » « Je refuse qu’on nous renvoie à un dialogue bilatéral », a poursuivi dans le Nord M. Macron, car « ce n’est pas qu’un sujet entre la France et les Britanniques, c’est un sujet de respect de la parole donnée » lors de la conclusion des accords du Brexit entre Londres et les 27, selon lui.

« Aujourd’hui, ils (les Britanniques) ne respectent pas » ces accords, « je l’ai dit très clairement à Boris » Johnson, le Premier ministre britannique, a-t-il insisté.

Ces dernières semaines, « il y a des progrès qui ont été faits ; nos pêcheurs des Hauts-de-France, de Normandie, de Bretagne, le savent. Certains ont déjà pu reprendre leurs activités mais on n’a pas tout obtenu ». « Nous ne comprenons pas pourquoi (…) on joue avec nos nerfs », a aussi affirmé le président.

Les professionnels de la pêche ont réagi avec colère à des propos de la ministre de la Mer Annick Girardin, qui a évoqué jeudi un plan d’indemnisation pour les pêcheurs qui perdraient leurs licences pour les eaux britanniques.

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune a affirmé vendredi que la France ne « reculait » pas et réclamait toujours le « même nombre » de licences à Londres.

Plusieurs personnalités de l’opposition, dont Xavier Bertrand, Michel Barnier et Valérie Pécresse (LR, droite), Marine Le Pen (RN, extrême-droite) ou encore Fabien Roussel (PCF, communiste), ont vivement critiqué « le recul » du gouvernement sur ce dossier à moins de cinq mois de la présidentielle.

Emmanuel Macron a assuré que le gouvernement continuerait « d’accompagner » les pêcheurs « aussi longtemps » que les négociations continueraient.