Élection présidentielle

La FNSEA et 35 partenaires interpellent les candidats sur les ruralités vivantes


TNC le 08/12/2021 à 10:02
fiches_manifesteruralites

36 organisations ancrées dans les territoires ruraux appellent les candidats à l'élection présidentielle à soutenir leurs propositions. (©TNC)

Présenté au congrès de la FNSEA en septembre, le manifeste pour des ruralités vivantes est désormais porté par 36 organisations qui entendent bien profiter de l’écoute liée à la campagne présidentielle pour porter leurs propositions et demander des engagements en faveur de l’emploi, la jeunesse, la vitalité sociale et économique des territoires ruraux.

À l’approche de l’élection présidentielle, pendant laquelle les politiques sont plus à l’écoute, mais aussi dans un contexte post-confinement qui a redonné de l’attrait aux territoires ruraux, la FNSEA et 35 organisations ancrées dans les territoires ruraux portent 10 propositions d’urgence pour favoriser la relance économique dans les zones rurales.

Présenté au congrès de la FNSEA à Niort, le 22 septembre, le manifeste avance des solutions pour l’emploi et la transmission des entreprises de la ruralité, le développement durable, ou encore le vivre ensemble. « Pour nous agriculteurs, les nouveaux arrivants sont de nouveaux voisins qui apportent de la vie sociale supplémentaire, seront peut-être demain nos clients, nos salariés et nous en aurons besoin. Mais ce seront aussi des riverains qui méconnaissent certains éléments comme les traitements phytosanitaires, l’épandage des déjections, la boue sur les routes… Nous voulons dialoguer vraiment », a expliqué Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, à l’occasion d’une présentation du manifeste avec les différents partenaires, le 7 décembre. Pour les agriculteurs, l’attractivité des zones rurales ne peut que constituer un atout supplémentaire afin d’attirer des jeunes dans le métier. 

Besoin d’une ambition politique structurée

Pour Henri Bies-Péré, vice-président de la FNSEA, « il ne s’agit pas de défendre une citadelle qu’on penserait assiégée, mais de défendre un avenir en commun », rappelant que le dynamisme des territoires ruraux est une préoccupation de l’ensemble des acteurs économiques. « Nous avons besoin d’une ambition politique structurée et déterminée, ajoute-t-il. Nous lançons ce jour cet appel à tous les candidats pour qu’ils prennent connaissance de nos propositions, de nos demandes, et qu’ils nous disent quelle place ils souhaitent leur donner dans leur programme. Nous attendons des engagements ». 

Depuis septembre, de nouveaux acteurs ont rejoint la démarche, comme les entrepreneurs des territoires, les semenciers, les fabricants d’aliments, la nutrition animale, les domaines skiables de France, le Sedima, des associations d’élus comme l’Association des départements de France ou l’association des petites villes de France.

Le manifeste a également été enrichi sur plusieurs points, comme l’innovation, le numérique, la recherche, ainsi que la concertation citoyenne et l’économie sociale et solidaire.