Fermeture de sucreries

La filière sucre française doit être réorganisée, estime Didier Guillaume


AFP le 13/03/2019 à 09:48

La filière sucre française doit être réorganisée, a estimé mercredi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avant de recevoir dans la matinée la direction du groupe allemand Südzucker qui souhaite fermer deux sites sucriers en France.

« Il y a un double phénomène, le cours du sucre s’est effondré (…) et parallèlement il n’a jamais été autant produit de betteraves et de betteraves à sucre. Donc c’est un vrai problème, il va falloir réorganiser cette filière » a déclaré le ministre sur Sud Radio. Didier Guillaume a assuré que la filière sucre française « n’est pas remise en cause », malgré la « peut-être fermeture » de sites Saint-Louis Sucre, filiale depuis 2001 de l’industriel allemand Südzucker. « Ce matin, ce que je vais dire au président (de Südzucker, NDLR) c’est « vous ne pouvez pas agir comme ça, vous ne pouvez pas être un prédateur économique dans notre pays » », a ajouté le ministre qui recevra le dirigeant allemand avec les présidents des régions concernées.

À lire aussi : Fermeture de sucreries – Les salariés déçus après leur réunion avec l’allemand Südzucker

Le gouvernement va notamment regarder « ce que ça va coûter à cette entreprise – si elle devait le faire en 2020 – de nettoyer un site », a précisé Didier Guillaume. Au-delà, le ministre a estimé que la filière sucre française « n’est pas du tout une filière du passé ». « Il faut avancer dans la mécanisation, dans les biocarburants, dans le bioéthanol, il faut aller dans la transition énergétique », a-t-il dit. « Aujourd’hui l’agriculture, la ruralité peuvent être à la pointe de la transition énergétique et notamment pour les biocarburants » a-t-il estimé.