Accord de libre-échange

La Coordination rurale a « cinq jours pour convaincre » contre le Ceta


TNC le 19/07/2019 à 10:00

Le syndicat agricole souhaite, même si la motion de rejet préalable (136 voix contre et 110 voix pour) n'a pas « mis fin au Ceta », que les députés s'opposent « aux consignes incompréhensibles du groupe majoritaire au moment du vote solennel ». Une centaine de membres de la Coordination Rurale ont manifesté, mercredi 17 juillet, devant l'Assemblée nationale pendant que les députés menaient d'âpres discussions sur ce traité de libre-échange. Celles-ci ont même différé de cinq jours sa ratification, cinq jours que la CR compte utiliser pour « convaincre » de voter contre cet accord.

« Nous allons continuer à mettre la pression sur les députés, pour en convaincre un maximum de voter contre le Ceta, indique Alexandre Armel, responsable de la section viande de la Coordination Rurale, dans un communiqué. Hier, nombre d’entre eux sont venus à notre rencontre, nous les en remercions. Pour autant, je suis déçu de l’attitude des députés LREM qui n’ont pas daigné traverser la rue. J’y vois la preuve qu’ils sont incapables de répondre à nos arguments et ne veulent pas se justifier devant les producteurs de viande. »  Les débats d’hier à l’Assemblée nationale sur le Ceta n’ont apaisé les inquiétudes ni de l’opposition ni celles des éleveurs. Pour la CR, il en va de la responsabilité des parlementaires de ne pas ratifier ce traité. « Je suis persuadé que tous et toutes ont un doute sur cet accord de libre-échange. Les arguments de la commission des affaires économiques ou encore ceux de la commission des affaires étrangères ne vont pas au fond du sujet, comme par exemple sur la remise en cause du principe de précaution. C’est lui justement qui doit prévaloir lors d’un vote solennel. Vu toutes les incertitudes, les députés doivent s’opposer mardi à ce traité », martèle  Bernard Lannes, président de la Coordination Rurale.