Euronext

La canicule soutient déjà les prix du blé


AFP le 24/06/2019 à 14:32

La vague de chaleur annoncée pour une bonne partie de la semaine sur la quasi-totalité de l'Hexagone soutenait déjà les prix des céréales, lundi à la mi-journée, même si selon plusieurs observateurs, il n'y avait pas d'inquiétudes à ce stade pour le devenir des cultures.

« Il y a un peu de rachat par rapport à ça », indiquait à l’AFP Damien Vercambre, du cabinet Inter-Courtage, qui notait toutefois que les agriculteurs avaient des avis « très contrastés » sur ce sujet. « Si la canicule dure quatre, cinq jours, on pense qu’il n’y aura pas d’effet » majeur sur les rendements des cultures, notait François Jacques, secrétaire général de l’institut technique Arvalis, dans un entretien à l’AFP. Il évoquait une possible « interférence sur le remplissage des grains » et une éventuelle « petite conséquence sur le rendement », mais soulignait que « la plante peut attendre » quelques jours le retour d’un climat plus tempéré. À l’inverse, il prévoyait un effet « plutôt bon » pour le taux de protéine des grains. Cet effet canicule permettait en tout cas de compenser la montée de l’euro, au plus haut face au dollar depuis trois mois.

Peu avant 12h30 (10h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé meunier progressait de 1,75 euro sur l’échéance de septembre à 182,50 euros et de 1,75 euro également sur l’échéance de décembre à 186,25 euros, pour près de 11 500 lots échangés. La tonne de maïs, elle, regagnait 1,50 euro sur l’échéance d’août à 177,25 euros et 1,25 euro sur l’échéance de novembre à 177,50 euros, pour environ 500 lots échangés.