Euronext

Fort rebond du blé, dopé par des appels d’offres et les fonds américains


AFP le 12/03/2019 à 16:44

Les prix du blé connaissaient un fort rebond mardi en milieu de journée, soutenus par des appels d'offres et un traditionnel réajustement des fonds américains à ce stade de la semaine.

Les fonds spéculatifs ont, ces derniers jours, continué à accélérer le mouvement de baisse que connaît le blé depuis début février. Mais ils revenaient à l’achat, comme souvent le mardi, estimait Arthur Portier, analyste au cabinet Agritel. Un mouvement qui s’explique, selon Arthur Portier, par le fait que le rapport hebdomadaire de de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), une des agences qui surveillent les marchés aux États-Unis, clôture ses données le mardi pour un rapport hebdomadaire publié le vendredi, un élément qui incite les fonds à corriger leurs opérations après avoir beaucoup spéculé à la baisse.

La baisse des prix des derniers jours a également eu pour effet d’inciter des acheteurs internationaux à revenir : après l’Algérie, lundi, c’était au tour de la Tunisie, mardi, de lancer à son tour un appel d’offres. Ces appels d’offres et leurs retombées potentielles pour le blé français à des prix compétitifs, s’ajoutent à « une activité déjà soutenue dans les ports français », soulignait Arthur Portier. Il évoquait d’autres appels d’offres remportés ces dernières semaines par le blé français vers l’Algérie, l’Égypte, mais également des expéditions vers des destinations comme le Yémen, Cuba, et l’Afrique en général. Le rapport publié mercredi par FranceAgriMer sera très observé, afin de voir s’il révise à la hausse le bilan potentiel des exportations françaises lors de cette campagne.

Peu avant 16h30 (15h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé regagnait 2,50 euros sur l’échéance de mai à 183,75 euros et 2,25 euros sur celle de septembre à 175,75 euros, pour un peu moins de 30 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, suivait ce mouvement, progressant plus modestement toutefois. Elle regagnait 75 centimes d’euro sur l’échéance de juin à 167,50 et 1,25 euro sur celle d’août à 171,75 euros, pour un peu plus de 1 600 lots échangés.