Épiphanie à l'Élysée

E. Macron salue les chiffres « exceptionnels » de l’apprentissage


AFP le 12/01/2022 à 18:45

Emmanuel Macron a salué mercredi « les chiffres exceptionnels » de l'apprentissage, qui a franchi « un record historique » en 2021 avec quelque 700 000 contrats, après la réforme de 2018 qui « est l'archétype de ce que nous devons faire ».

S’adressant à une centaine de boulangers, pâtissiers et meilleurs ouvriers de France rassemblés pour la traditionnelle « galette de l’Epiphanie » à l’Elysée, le chef de l’Etat a aussi rendu hommage à « la France humble, silencieuse, au travail », « cette France silencieuse qu’on entend si peu car elle se lève tôt pour travailler ». Dans son discours, Emmanuel Macron, quasi-candidat à un nouveau mandat, a défendu le bilan du quinquennat en termes de créations d’entreprises, avec des « résultats sans appel » en 2021 où « près d’un million d’entreprises ont été créées », mais aussi d’apprentissage. « Les chiffres de 2021 sont tout simplement exceptionnels. Nous devrions dépasser les 700 000 jeunes qui ont signé un contrat », s’est-il félicité. « Nous pouvons aller beaucoup plus loin », a-t-il ajouté, en affirmant sa volonté d’« aller plus loin dans la réforme de l’enseignement professionnel ».

Entrée en vigueur en 2018, la réforme de l’apprentissage « est l’archétype des réformes que nous devons faire », selon lui. « Simplifions et faisons confiance » aux branches professionnelles, a-t-il dit. Accessible aux jeunes de 16 à 29 ans, l’apprentissage repose sur le principe de l’alternance entre enseignement théorique et formation au métier chez l’employeur avec lequel l’apprenti a signé son contrat.

Emmanuel Macron s’est par ailleurs engagé à « se battre » pour faire entrer au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco la baguette française, qui « est notre fierté et notre art de vivre ». La décision de l’Unesco est attendue en octobre.

Quelque 32 millions de baguettes sont produites chaque jour, a rappelé le président, qui a symboliquement enfourné une baguette dans un four à pain installé pour l’occasion dans les jardins de l’Elysée. S’exprimant avant lui, Dominique Anract, le président de la Confédération CNBPF, qui rassemble 33 000 artisans boulangers, a exprimé l’inquiétude de la profession face à la forte augmentation des prix de l’électricité, du blé et du beurre, qui « rend chaque jour la fournée plus chère ». « Nous ne pourrons supporter seuls cette pression » si elle devait se poursuivre, a-t-il prévenu, tout en saluant les aides débloquées par l’Etat pour réduire l’impact de la crise du Covid-19.

Malgré cette crise, Emmanuel Macron avait tenu à maintenir la tradition de l’Epiphanie, qui se tient chaque année depuis 1975 à l’Elysée, où la « galette républicaine » n’est jamais garnie d’une fève. D’une envergure de 1,20 m, elle a été cette année préparée par un pâtissier parisien avec 6 kg de frangipane et 6 kg de feuilletage. Par précaution sanitaire, le gâteau n’a pas été dégusté au cours de la réception.