Chicago Hebdo

Blé, maïs et soja reculent en pleines tergiversations sur la guerre commerciale


AFP le 09/02/2019 à 18:54

Les cours du soja, du blé et du maïs ont reflué cette semaine à Chicago avec le retour des doutes concernant une issue rapide des négociations entre Pékin et Washington, les courtiers ayant par ailleurs pris connaissance vendredi de nombreux indicateurs.

« De nouveaux doutes sur un accord commercial entre Chine et États-Unis » ont refait surface dans l’esprit des courtiers cette semaine, ont indiqué les analystes d’Allendale. Alors que les cours des trois matières premières agricoles s’affichaient en hausse sur la semaine jusqu’à la clôture de mercredi, ils ont brusquement piqué du nez jeudi lorsque l’administration américaine a fait savoir que le président américain Donald Trump ne rencontrerait pas son homologue Xi Jinping avant le 1er mars.

Cette date est cruciale car elle verra s’achever la trêve de 90 jours négociée entre les deux plus grandes économies du monde en décembre, au cours de laquelle aucun durcissement de tarifs douaniers n’a eu lieu. Le risque est désormais de voir un renforcement des sanctions américaines dès le passage de cette date butoir, et d’avoir des conséquences sur les achats de soja américain par la Chine, le principal client des États-Unis dans ce domaine jusqu’à la fin 2017. 

Les prévisions de stocks mondiaux de soja ont toutefois été fortement revues à la baisse, surtout en Argentine, de quoi encourager un léger rebond des cours vendredi. Toutefois, « cela ne change rien au fait que les stocks sont très élevés malgré cela », a jugé Billl Nelson.

Égypte

Le cours du blé a également repris des forces vendredi, bien qu’il ait été affecté sur l’ensemble de la semaine par l’actualité autour de la guerre commerciale. Le rapport mensuel de l’USDA a noté « une superficie consacrée aux semences d’hiver inférieure aux anticipations en raison de précipitations excessives et de températures fraîches durant la période d’ensemencement ». Mais ce qui a dynamisé surtout les cours vendredi, de l’avis de Bill Nelson, a été l’annonce d’achat par l’Égypte de 120 000 tonnes de blé américain. « Cela fait longtemps que les États-Unis essayent de vendre du blé aux Égyptiens, le marché accueille donc positivement la nouvelle », a affirmé le spécialiste. Le maïs a pour sa part un peu reculé vendredi après la publication du rapport mensuel de l’USDA.

Les prévisions de stocks mondiaux se sont affichées au-dessus des attentes. Dans l’ensemble, ce rapport « n’a choqué personne et n’a montré aucune réelle surprise », a affirmé Bill Nelson. Il était très attendu par les courtiers, ces derniers ayant été privés de données économiques durant des semaines en raison du la récente fermeture partielle des administrations, le shutdown.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé vendredi à 3,7425 dollars contre 3,7825 dollars vendredi dernier à la clôture (- 1,06 %). Le boisseau de blé pour mars, également le plus actif, a clôturé à 5,1725 dollars contre 5,2425 dollars en fin de semaine précédente (- 1,34 %). Le boisseau de soja pour mars, le contrat le plus échangé, a fini à 9,1450 dollars contre 9,1775 dollars vendredi dernier en fin de séance (- 0,35 %).