Produits phytosanitaires

Élisabeth Borne veut interdire « tous les usages non agricoles avant cet été »


AFP le 10/01/2020 à 12:19

La ministre de la transition écologique Élisabeth Borne a annoncé vendredi vouloir interdire « avant cet été » tous les « usages non agricoles » des produits phytopharmaceutiques, déjà bannis pour les collectivités et les particuliers.

Interrogée sur franceinfo sur la hausse des ventes de produits phytosanitaires de 21 % en 2018, en dépit des plans gouvernementaux successifs pour en diminuer l’usage, la ministre a souligné que les usages non agricoles avaient en revanche chuté de 70 %.

Lire aussi : Une hausse des ventes en 2018, mais « pas un échec » selon Didier Guillaume

« Là, on a une baisse très importante avec les interdictions qui ont été posées pour les collectivités, pour les citoyens ». « Je souhaite qu’on aille plus loin et qu’on interdise tous ces usages non agricoles avant cet été », a-t-elle ajouté, une mesure qui concernerait seulement les espaces collectifs privés.

La loi interdit en effet déjà depuis 2017 l’utilisation de produits phytosanitaires chimiques par les collectivités pour entretenir les espaces publics (parcs, squares, cimetières, voirie…). Même interdiction depuis janvier 2019 pour les particuliers et jardiniers amateurs qui ne peuvent utiliser que des produits d’origine naturelle. Leur usage reste autorisé seulement sur les espaces verts privés non ouverts au public, comme les copropriétés et les terrains gérés par les entreprises, notamment la SNCF, grande utilisatrice de glyphosate pour désherber ses voies et leurs abords immédiats.

Sur Twitter, Géraldine Woessner, notre confrère au Point, apporte une précision suite cette annonce : après vérification auprès du ministère, « Élisabeth Borne ne parle en fait pas de tous les « usages non-agricoles » des pesticides, mais uniquement des quelques espaces encore épargnés par la loi Labbé : cimetières, campings, terrains sportifs… ».