Transport de bétail par bateaux

Une pratique répandue et décriée


AFP le 30/03/2021 à 09:55

Mis en lumière par le blocage du trafic sur le canal de Suez, le transport de bétail par bateau, notamment de l'Europe vers les pays du Moyen-Orient, concerne chaque année des millions d'animaux, exportés dans des conditions dénoncées comme indignes par les ONG.

Si cette artère vitale du commerce international était en voie de rouvrir lundi, l’inquiétude était grande en Roumanie, pour les quelque 130 000 moutons dont le séjour à bord des bateaux a d’ores et déjà été considérablement rallongé par les mésaventures du porte-conteneurs Ever Given, bloqué en travers du canal pendant près d’une semaine. « Chaque heure compte pour les moutons et le taux de mortalité ne va faire que grimper. Les 11 (bateaux) roumains ont un gros retard et on est certain que la nourriture (du bétail) est épuisée », s’est ému Gabi Paun, directeur pour l’Europe de l’ONG Animals International. Selon la présidente de la principale association roumaine d’éleveurs et d’exportateurs de bétail (Acebop), Mary Pana, contactée lundi, la Roumanie a exporté depuis février par voie maritime 50 000 moutons par semaine, notamment vers l’Arabie Saoudite et la Jordanie, à l’approche du Ramadan.

Ce n’est pas la première fois cette année que des cargaisons entières d’animaux sont mises en péril entre l’Europe et les pays de la partie orientale de la Méditerranée. La semaine dernière, les autorités espagnoles ont ordonné l’abattage de quelque 1 600 bovins, embarqués sur le cargo Elbeik depuis l’Espagne vers la Turquie. Les autorités turques avaient refusé le débarquement du cheptel, craignant une épidémie de fièvre catarrhale à bord. Les bêtes ont donc été euthanasiées après avoir erré en Méditerranée pendant pas moins de trois mois. Une issue qui fait écho à celle qu’ont connue le mois précédent quelque 800 bêtes refoulées de Turquie vers l’Espagne à bord du bateau Karim Allah.

Vieux navires

Plus de 2,8 millions de bovins, ovins et caprins ont été exportés vivants par la mer depuis des pays-membres de l’UE vers des pays du pourtour méditerranéen en 2018. Un chiffre qui comprend plus de 625 000 bovins et 2,2 millions de moutons et chèvres (dont 56 % en provenance de Roumanie) expédiés vers des pays comme la Turquie, la Syrie, la Jordanie, l’Égypte, ou la Libye, selon un rapport de la Commission européenne d’avril 2020. Il y est fait état de lacunes dans la supervision par les États-membres (Roumanie, France, Espagne…) qui voient embarquer ces animaux dans leurs ports. Depuis des années, l’ONG CIWF (Compassion in World Farming) dénonce, avec d’autres organisations, des infractions à une règlementation qu’elle juge par ailleurs insuffisante.

Parmi les principaux problèmes observés dans le transport maritime, « la qualité de construction, de conception et d’entretien des navires », indique à l’AFP Agathe Gignoux, responsable du plaidoyer pour CIWF France. Elle cite pêle-mêle « des inclinaisons de rampes très pentues, des hauteurs de pont très basses, des hauteur de stalles trop basses », qui compliquent l’apport de nourriture, d’eau, et plus généralement, des navires vétustes, qui ont été réaménagés, « mais n’ont pas été construits pour le transport d’animaux ». Dans son rapport, la Commission européenne souligne que, pour la plupart, les cargos utilisés pour le transport de bétail sont d’anciens navires qui transportaient des voitures.

Plus grave, selon Mme Gignoux, « il n’y a pas de suivi vétérinaire à bord », lors de ces trajets qui peuvent durer « entre 5 et 8 jours en moyenne ». La Commission européenne note que ces trajets durent parfois plusieurs semaines. Si autant d’animaux sont expédiés vivants dans des enclos surpeuplés et mal ventilés pour nourrir les populations du Proche et du Moyen-Orient, et non des carcasses, ce n’est pas pour éviter des problèmes de conservation ou d’abattage rituel, affirme CIWF France. « Honnêtement, la vraie raison est simple, ça coûte plus cher de procéder à un abattage en Europe », tranche Mme Gignoux.

En juin dernier, le Parlement européen s’est inquiété des « allégations de violation de l’application du droit de l’Union » dans le transport des animaux vivants et acté la création d’une commission d’enquête sur le sujet, pour une durée d’un an.