Protection des cultures

Bayer investit durablement dans les solutions de biocontrôle


TNC le 13/11/2019 à 18:14

Selon Bayer, le biocontrôle fait partie intégrante de la boîte à outils des agriculteurs dans la protection des cultures. Pour cela, la firme investit depuis plusieurs années dans ces produits et travaille d'ores et déjà aux solutions de deuxième génération.

« À l’écoute des attentes sociétales et des besoins des agriculteurs, Bayer entend développer des solutions innovantes combinant protection conventionnelle des cultures, biocontrôle et services pour une agriculture plus durable », a déclaré Caroline Protat, directrice marketing de l’activité Crop Science France lors de la journée « Ensemble, réussir le biocontrôle » organisée par la firme début octobre. La stratégie de Bayer en France repose ainsi sur quatre piliers : « les semences, le biocontrôle, l’agriculture numérique, et les produits conventionnels de protection des plantes ».

Lire aussi : « Le biocontrôle figure en tête de liste », selon l’Inra

Pour la firme, les solutions ou produits de biocontrôle font donc partie de « la boîte à outils des producteurs et ont pour vocation de protéger la plante de ses agresseurs ». En France, la gamme de biocontrôle de Bayer se compose aujourd’hui de :

  • « Rhapsody : solution lancée fin 2018 pour protéger les cultures de certaines maladies fongiques et bactériennes. Elle est composée de Bacillus subtilis, dont le large spectre lui permet d’être actif sur de multiples cultures (vigne, légumes, arbres fruitiers, colza, pomme de terre, betteraves…)
  • Sonata pour protéger les vignes de l’oïdium en pré- et post-floraison
  • Contans pour lutter contre la sclérotinia sur les légumes, le colza, le tournesol…
  • Decis trap MED pour piéger la mouche méditerranéenne des fruits en vergers
  • Decis trap MB, dispositif similaire pour les nuisibles s’attaquant aux noyers ».

Un travail en cours sur les solutions de biocontrôle de deuxième génération

Bayer investit déjà depuis plusieurs années dans le développement de solutions de biocontrôle, notamment avec l’acquisition d’Agraquest (leader dans la production et la sélection de bactéries) en 2012 et celles de Prophyta (expertise en production de champignons) et de Biagro (expertise en production de microorganismes stimulateurs de la croissance des plantes). Elle travaille aussi sur les solutions de biocontrôle de deuxième génération : « l’expérience et la connaissance approfondie des organismes vivants (microorganismes) et substances naturelles qui agissent dans nos solutions de biocontrôle nous permettront de proposer demain des solutions optimisées, c’est-à-dire plus stables, plus simples d’utilisation, et dont le niveau d’efficacité se rapprochera de celui des produits phytosanitaires conventionnels », a précisé Benoît Hartmann, directeur mondial de la R&D de l’activité Biocontrôle chez Bayer.

« Développer des gammes étendues de nouveaux produits de biocontrôle va prendre du temps. Pendant le temps de la recherche, il faut utiliser au mieux les produits existants en se basant notamment sur l’agriculture numérique qui va permettre une utilisation plus précise et donc plus réduite des produits phytosanitaires conventionnels », a-t-il ajouté.