Ensilage d'herbe

Une récolte précoce pour plus de lait mais moins de stock


TNC le 25/02/2021 à 06:03
Viser la quantité ou la qualité ? Si le choix doit plutôt se porter sur la qualité (et donc une récolte précoce de l'herbe), tout dépend de l'exploitation. Le principal : bien calculer son besoin pour ne pas manquer de fourrage. (©TNC)

Viser la quantité ou la qualité ? Si le choix doit plutôt se porter sur la qualité (et donc une récolte précoce de l'herbe), tout dépend de l'exploitation. Le principal : bien calculer son besoin pour ne pas manquer de fourrage. (©TNC)

En récoltant l'herbe plus précocement, la valeur alimentaire de l'ensilage sera plus importante. Mais forcément, le rendement sera moindre. Alors quel est le meilleur compromis ? Plus d'UF ou plus de tonnage ? Éléments de réponse grâce aux essais menés à la ferme expé de Trévarez (29).

La Chambre d’agriculture de Bretagne et l’Institut de l’élevage ont mené conjointement un essai portant sur l’ensilage d’herbe sur la ferme expérimentale de Trévarez dans le Finistère. Le sujet : la fauche précoce. Ils publient leurs résultats dans un dossier dédié sur le site de l’Idele.

Un ensilage précoce pour de meilleures valeurs alimentaires

Les analyses ont parlé : en réduisant les intervalles entre les coupes du mélange RGH + trèfle violet (fauches toutes les 4 à 5 semaines contre 6 à 7 semaines habituellement), les valeurs alimentaires de l’ensilage ont augmenté. On parle de + 1,369 UFL/ha et + 595 kg de MAT/ha par rapport à des fauches classiques. Cela contribue à améliorer l’autonomie protéique des élevages.

Avec l’ensilage d’herbe précoce, les vaches mangent plus et produisent plus !

Et cela s’est ressenti sur la production laitière. Les experts ont relevé une hausse de l’ingestion de + 1,7 kg de MS/VL/j. La production a grimpé de + 1,9 kg/VL/j. « En revanche, il n’y a pas eu d’effet sur les taux, ou encore la reproduction, le poids ou la santé globale », relèvent-ils.

De cette façon, la marge sur coût alimentaire s’est améliorée de 2 600 € (calculée pour un troupeau de 75 VL, avec utilisation d’ensilage d’herbe précoce sur 3 mois l’hiver, représentant 40 % de la ration).

Attention, ensilage précoce = moins de rendement

Qui dit fauche précoce, dit moindre rendement. En comparant les deux conduites (précoce VS classique), le rendement annuel des prairies fauchées précocement affiche une baisse de 13 %. Cumulé avec l’augmentation du temps de travail (+ 2h30), le coût de production du fourrage grimpe (de l’ordre de + 20 €/t MS).

Et dernier aspect à ne pas négliger : les stocks. Il faudra bien les calculer pour être sûr de ne pas manquer de fourrage en ayant récolté plus tôt. Pour limiter ce phénomène, les techniciens d’expérimentation recommandent « de pratiquer la fauche précoce lors de la pousse active de l’herbe (jusqu’à juin/début juillet) puis de faire des enrubannés en fauche classique par la suite lorsque la pousse ralentit. »

Pour aller plus loin, retrouvez le dossier complet dédié à l’ensilage d’herbe précoce sur le site de l’Institut de l’élevage