Maïs fourrage

Une ensileuse bien réglée pour un maïs bien valorisé


TNC le 07/09/2021 à 06:04

Les experts d'Arvalis-Institut du végétal rappellent les éléments essentiels à avoir en tête pour le réglage de l'ensileuse. Pendant le chantier de maïs, l'éleveur pourra vérifier la longueur de coupe et le niveau d'éclatement des grains et faire ajuster les réglages de l'ensileuse si besoin.

« La bonne valorisation du maïs par les animaux dépend de plusieurs critères, dont certains se jouent au moment du chantier d’ensilage », rappelle Michel Moquet d’Arvalis-Institut du végétal. On parle alors de longueur de coupe et d’éclatement du grain.

Une coupe franche des brins

« La finesse de hachage (autrement dit la longueur de coupe) aura une incidence sur le tassage au silo et sur l’ingestion et la valorisation des animaux. L’objectif est d’être -rendu auge- entre 8 et 10 mm. » Pour ce faire, selon les outils de reprise de l’ensilage, il faudra allonger la longueur de coupe de 1 à 5 mm. Pour des maïs très secs (37-38 % MS), il ne faudra pas dépasser les 10 à 12 mm de longueur de coupe.

En vidéo, Arvalis explique comment vérifier la longueur de coupe le jour du chantier via un tamis secoueur :

Objectif : aucun grain intact

« Tous les grains de maïs doivent être touchés avec au moins les 3/4 des grains éclatés en 4 parties. Plus la maturité des grains est avancée (forte proportion d’amidon vitreux), plus ils devront être éclatés. »

Le réglage de l’ensileuse est primordial à ce niveau. On joue sur l’écartement entre les rouleaux éclateurs (qui doit être compris entre 1,5 et 2,5 mm). D’autres paramètres influencent également le niveau d’éclatement, notamment : le type de rouleau (rainurés dans une ou deux directions, à disques imbriqués, leur diamètre…), le différentiel de vitesse (de 20 à 25 %) et leur usure.

En vidéo, les experts montrent comment réaliser le test de la bassine le jour du chantier :