Viande bovine

Production en baisse en août et septembre 2018, prix inférieurs à ceux de 2017


TNC le 02/11/2018 à 15:00

En août et septembre 2018, la production de viande bovine a sensiblement baissé. La production totale de bovins était en retrait de 4,2 % en août 2018 par rapport à celle d’août 2017, selon le service statistique du ministère de l’agriculture. Quant aux prix, ils restent en dessous de ceux observés en 2017.

« En septembre 2018, les abattages totaux de bovins reculent en têtes et augmentent en poids. Les cours des bovins finis, à l’exception de certains, restent en deçà des cours de 2017, note Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture. En août 2018, la production totale de bovins et celle de bovins finis reculent par rapport à août 2017. Par ailleurs, les exportations de viande bovine augmentent alors que les importations reculent sur un an, améliorant ainsi le solde des échanges extérieurs. »

« En août 2018, la production bovine globale est inférieure de 4,2 % par rapport à 2017, avec 467 000 têtes et la production de bovins finis est en repli de 1,4 % sur un an (370 000 têtes). »

« En septembre 2018, les abattages de bovins sont proches des niveaux de l’an passé (- 0,6 % en têtes, + 0,6 % en poids). Toutefois, une hausse de 3 % est enregistrée pour les abattages de vaches laitières, tandis que ceux de vaches allaitantes reculent de 1,3 %, avec respectivement 80 000 têtes et 66 000 têtes. Bien que le cours moyen des vaches de type « O » se maintient à 3,29 €/kg carcasse, celui de la vache « R » se rapproche du niveau de 2017, mais reste en-deçà (- 0,6 %). »

« Les abattages de mâles de 8 à 24 mois sont en hausse de 6 % par rapport à septembre 2017, atteignant plus de 78 000 têtes. Cependant, le cours des jeunes bovins de type « R » recule de 3,9 % sur un an, soit 3,70 €/kg carcasse en moyenne. Les abattages de veaux de boucherie sont quant à eux en repli de 3,4 %, sur un an, avec 102 000 têtes. A 5,54 €/kg carcasse, le cours moyen des veaux de boucherie débute sa hausse saisonnière et se situe au-dessus du cours de 2017 (+ 2,7 %). »

Repli des exportations pour presque toutes les catégories

« Malgré une chute de 34 % des ventes vers les pays tiers, les exportations de bovins vivants finis augmentent tout de même de 2 % grâce à une demande européenne en hausse de 5 %. »

« En août 2018, presque toutes les catégories à l’exportation sont concernées par un repli par rapport à l’an passé : – 7,3 % pour les broutards, – 3,4 % pour les gros bovins mâles, – 16 % pour les génisses et – 9,5 % pour les broutards légers. Sur l’année, les exportations de broutards sont inférieures de 1,1 % à 2017. En septembre 2018, le cours moyen du broutard Charolais dépasse de 1,4 % le niveau de 2017, à 2,86 €/kg vif en moyenne sur le mois. Par rapport à 2017, les exportations de veaux de 3 semaines restent élevées : + 25 % par rapport à août 2017 et + 27 % depuis janvier 2018. »

« Bien que la demande totale italienne recule (- 2,4%), se recentrant par ailleurs vers les gros bovins mâles, les ventes de broutards légers vers l’Algérie et la Tunisie augmentent nettement. L’Espagne reste pour sa part le principal débouché pour les veaux de 3 semaines. »

« En août 2018, l’indice Ipampa (indice des prix d’achat des moyens de production agricole) des aliments pour gros bovins augmente de 3 % par rapport à 2017. »

D’importants échanges de viande bovine avec l’extérieur

« Bien que s’améliorant en août, le déficit du commerce extérieur de viande bovine s’est creusé les huit premiers mois de l’année, passant de – 58 600 tonnes équivalent carcasse (téc) en 2017, à près de – 60 000 téc en 2018. »

« Avec un recul en provenance d’Irlande, de Belgique et d’Espagne mais une augmentation depuis l’Allemagne et les Pays-Bas, les importations de viande bovine reculent de 0,5 % en août 2018 par rapport à 2017, soit environ 25 500 téc. Toutefois, elles sont en hausse de 3,2 % sur les huit premiers mois de 2018, notamment grâce à l’Allemagne (+ 4 %) et l’Irlande (+ 3,4 %) alors que les achats en provenance des Pays-Bas sont stables. »

« En août 2018, avec 20 000 téc, les exportations de viande bovine sont en hausse (+ 2,5 %) par rapport à 2017. Elles reculent vers l’Italie et l’Allemagne mais augmentent vers la Belgique, la Grèce et Israël. Ainsi, sur l’année 2018, elles sont en hausse de 3,7 % grâce à la demande de certains clients traditionnels de l’UE mais aussi des pays tiers, sous l’effet d’une hausse des demandes tunisienne et israélienne. »

En août 2018, la consommation apparente de viande bovine recule de 1 % sur un an. Sur l’année, elle progresse de 2 %. »