Prix du lait

Pour la FNPL, chez Bel, le compte n’y est pas sur le prix hors primes


TNC le 10/12/2021 à 09:55

L’accord annoncé entre Bel et les éleveurs de l’OP APBO en début de semaine fait vivement réagir la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). En effet, le groupe annonce un prix moyen à 406 €/1 000 litres pour 2022, toutes primes incluses, soit un prix de base à 356 €/ 1 000 l. « Il manque au moins 30 €/1 000 l pour pouvoir parler d’un prix rémunérateur », souligne le syndicat.

Le groupe Bel et les éleveurs de l’APBO ont communiqué le 7 décembre sur l’accord pour 2022, fixant à 406 €/1 000 litres en moyenne le prix du lait. Un prix qui tient compte du pâturage, de l’alimentation sans OGM et, à partir d’octobre, de l’approvisionnement 100 % européen.

« Pas si brillant », pour la FNPL, car en enlevant les primes « alimentation sans OGM », soit 21 €/ 1 000 litres, le bonus pour l’alimentation 100 % européenne (5 €/ 1 000 litres), et les primes de qualité, « on arrive à un prix de base 38/32 à 356 €/1 000 l », détaille le syndicat, pour qui « il manque au moins 30 €/1 000 l pour pouvoir parler d’un lait rémunérateur qui permet aux éleveurs d’envisager un salaire décent ».

« Nous ne pouvons pas non plus laisser les anciennes fromageries Bel se féliciter d’un accord qui augmente la rémunération des producteurs de 2,6 %quand les charges ont augmenté de 8 % ces derniers mois », dénonce également la FNPL, qui se demande par ailleurs si cette annonce ne permet pas à Bel de faire oublier ses engagements parallèles dans les alternatives végétales.