Pêche

Ouverture en baie de Seine de la pêche à la coquille Saint-Jacques


AFP le 12/11/2018 à 14:19

La pêche à la coquille Saint-Jacques s'est ouverte lundi en baie de Seine, gisement le plus vaste, le plus riche et très protégé de cet « or blanc » où une abondance record est attendue, selon le comité régional des pêches de Normandie.

« C’est le gisement le plus abondant historiquement. Sa gestion durable depuis plusieurs années fait qu’il se porte très bien. On a plusieurs années de coquilles devant nous », a précisé à l’AFP Dimitri Rogoff, président du comité régional des pêches de Normandie. Près de 220 bateaux sont concernés, de « petits bateaux » relevant de la « pêche artisanale », de 14 mètres de long en moyenne, avec quatre marins à bord en moyenne, selon Dimitri Rogoff.

La pêche à la coquille en France est autorisée du 1er octobre au 15 mai mais la baie de Seine ouvre toujours plus tard et ferme en général à la mi-mars. Conséquence de l’abondance de la coquille, le mollusque est un peu moins cher pour le consommateur que l’an passé: « 2,50 à 3 euros » au bateau, « 5 à 6 euros » sur les marchés, selon Dimitri Rogoff. « C’est effarant de voir qu’en région parisienne, on ne la trouve pas à moins de 15 euros alors qu’à 6 euros tout le monde s’y retrouve. Il faut que les détaillants fassent profiter les consommateurs » de la baisse de prix, a-t-il ajouté.

La baie de Seine se situant dans les eaux territoriales françaises, les pêcheurs y travaillent « sereinement, avec de la concurrence entre eux, mais pas avec des bateaux industriels », a ajouté le comité régional des pêches. Fin août des heurts étaient survenus dans les eaux européennes entre pêcheurs français de coquille, dont les bateaux mesurent 16 mètres maximum, et Britanniques dont la pêche à la coquille est beaucoup moins réglementée.

L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer a évalué à 63 600 tonnes la biomasse de coquilles exploitable en baie de Seine, contre 48 600 tonnes en 2017, une année déjà record. À titre de comparaison, le gisement de Saint-Brieuc est évalué à 25 000 tonnes.