Conjoncture laitière

L’inflation s’installe durablement à tous les échelons de la filière


TNC le 24/05/2022 à 17:12
Cours & marchés v2

La tendance inflationniste se confirme, sans qu'il soit possible d'avoir de la visibilité sur la durée, et l'intensité de cette période. Si le cours du beurre atteint des sommets, le cours de la poudre de lait est en recul, victime du blocage de certains ports en Chine.

« Les prix des produits laitiers industriels atteignent actuellement des niveaux très élevés : 4 000 € la tonne de poudre de lait écrémé, et 6 800 € pour le beurre », explique Benoît Rouillé, économiste du Cniel, dans sa dernière note de  conjoncture laitière du mois de mai 2022. « Sur un an, cela correspond à des progressions relatives de 55 % pour la poudre de lait et de 70 % pour le beurre. »

Selon FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache conventionnel était de 395 € les 1 000 l sur le mois de mars, soit 73 € au-dessus du niveau de mars 2021, ce qui correspond à une progression relative de 23 %.

Le cours de la poudre pâtit de la paralysie des ports chinois

« Si le prix du beurre poursuit sa progression de manière régulière, le prix de la poudre a reculé de 350 € en l’espace d’un mois. »  Les exportations de poudre de lait pâtissent de la paralysie de certains ports chinois, ce qui vient contrecarrer l’évolution des prix, alors que la Chine demeure le principal importateur mondial de poudre. 

Une production laitière qui stagne en Europe

« Le contexte de prix élevé est à mettre en liaison avec l’évolution peu dynamique de la production laitière dans les principaux bassins exportateurs mondiaux. Sur les 12 derniers mois, la production laitière s’est stabilisée dans l’Union européenne, a reculé de plus de 3% en Nouvelle-Zélande et présente une croissance modérée de 0,4 % aux États-Unis. » Ce manque de dynamisme se retrouve également en France. D’après FranceAgriMer, la collecte française aurait baissé de 1,4 % depuis le début de l’année 2022. 

Depuis le début de l’année 2022, la collecte laitière se situe en dessous des niveaux de production enregistrés en 2021. (© Cniel)

Des hausses qui concernent toute la filière

L’indice Ipampa, qui mesure le coût de production en élevage, a progressé de 19 % par rapport à l’année dernière. L’augmentation des charges s’avère également importante pour l’aval de la filière, qui en plus des hausses sur les prix de l’énergie, subit celle du prix des produits d’emballage, avec une progression du prix du plastique de 13 % en l’espace d’un an, et de 20 % pour le carton. Ainsi, l’inflation concerne également les produits laitiers vendus en magasin, avec une augmentation des prix contenue entre + 2 et + 5 % selon les familles de produits. 

Le beurre connaît une hausse de 5 % par rapport à avril 2021 (© Cniel)

Pour suivre les évolutions des cours des matières premières agricoles, rendez-vous sur les cotations Agri Mutuel.