Prix du lait

Les rémunérations en hausse cachent des disparités de traitement selon la FNPL


TNC le 06/11/2019 à 11:00
Chez Bel, seule une minorité de producteurs bénéficie de la hausse du prix du lait. (©Pixabay)

Chez Bel, seule une minorité de producteurs bénéficie de la hausse du prix du lait. (©Pixabay)

Pour vérifier si la loi Egalim permet bien une meilleure rémunération des éleveurs, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) a effectué une série de relevés de prix en magasin et auprès des éleveurs. Dans les coopératives locales et régionales, ainsi que dans les groupes Bel et Savencia, la rémunération des éleveurs est globalement en hausse, mais chez Bel, seule une minorité de producteurs en bénéficie.

Suite à son enquête auprès des OP, des éleveurs et dans les magasins, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) « observe un niveau de rémunération significativement en hausse des éleveurs dans les coopératives locales et régionales et chez les industriels Bel et Savencia », a indiqué l’organisation le 5 novembre. Dans les autres entreprises, la couverture du coût de production des éleveurs, un des objectifs de la loi Egalim, n’est pas encore assurée.

Par ailleurs, dans le cas du Groupe Bel, « seuls les éleveurs – minoritaires – directement livreurs de l’entreprise bénéficient de prix plus élevés, les producteurs livrant via des entreprises fournisseurs d’ingrédients ou filiale du groupe Bel – majoritaires – n’ont, eux, pas accès aux hausses de prix », déplore la FNPL.

Voir aussi : Vœux 2019 de la FNPL : faire appliquer les mesures de la loi Alimentation aux coopératives laitières

Moins de volumes de vente en grande distribution

Les deux groupes laitiers qui ont augmenté leurs prix payés aux producteurs relèvent également « des effets négatifs sur les volumes de leurs ventes au niveau de la grande distribution », indique la FNPL, qui se demande si ces opérateurs sont sanctionnés par les distributeurs, ou s’il s’agit d’un « manque d’ambition de certains transformateurs laitiers priorisant le dégagement des volumes au détriment du prix payé aux éleveurs ».

La FNPL prévient en tout cas qu’elle poursuivra son travail de contrôle et d’évaluation en ce sens pour permettre une véritable couverture des coûts de production.