Indre

Le préfet donne son feu vert à un projet de « mégaporcherie »


AFP le 08/09/2022 à 10:09

Un projet controversé de construction d'une mégaporcherie pouvant accueillir 9 000 animaux dans l'Indre a reçu mercredi le feu vert du préfet Stéphane Bredin, dont l'arrêté sera assorti de restrictions.

L’exploitation située sur les communes de Feusines et Pérassay, proches des départements du Cher, de la Creuse et de l’Allier, était jusqu’ici autorisée à élever 3 974 porcs. Elle pourra désormais y élever 9 060 animaux.

Face à un important mouvement d’opposition mené par des habitants des communes concernées, le préfet de l’Indre a pris mercredi la parole pour présenter les éléments déterminants dans la validation de l’arrêté.

« L’instruction a été longue (le projet a été déposé en mai 2021, Ndlr), mais cela nous a permis d’imposer et d’obtenir des obligations sur plusieurs plans qui sont de nature à rassurer et convaincre », a souligné M. Bredin.

Accès à l’eau, bien-être des animaux, sécurité renforcée de l’unité de méthanisation, risques de pollution avec un suivi accru de ses sous-produits azotés, notamment du digestat : le représentant de l’Etat a notamment détaillé les restrictions imposées au projet.

Concernant la question de l’eau, qui cristallisait de nombreuses inquiétudes, le prélèvement sur le réseau d’eau potable a été diminué, passant de 3 000 m3 à 2 000 m3. Mais la capacité du forage de l’exploitant a en revanche été augmentée, sa limite autorisée passant de 8 000 m3 par an à 14 800 m3.

Ces restrictions seront étudiées régulièrement par une commission de suivi du site composée notamment d’élus, des services de l’Etat, professionnels de l’agriculture, associations environnementalistes ou riverains. « J’ai le sentiment que dans ce dossier, la décision prise est respectueuse du droit et équilibrée », a estimé le préfet de l’Indre.

A partir de la publication de l’arrêté, l’exploitant a deux mois pour le contester et quatre mois pour les parties tierces, notamment les associations opposées au projet.