Peste porcine 

La FNSEA affiche son entente avec les chasseurs


AFP le 28/09/2018 à 10:45

La FNSEA, après avoir vertement critiqué les chasseurs auxquels elle imputait la prolifération de gros gibier et les dégâts causés dans les exploitations des agriculteurs, a affiché jeudi son entente avec eux, dans le but de lutter contre la peste porcine africaine.

Dans un communiqué commun, FNSEA, Fédération nationale des chasseurs et Fédération nationale porcine ont exhorté les pouvoirs publics à prendre des mesures plus strictes, compte tenu de « l’avancée inquiétante de la maladie ». « Ces deux semaines ont vu la confirmation régulière de nouveaux cas par les autorités belges, et l’avancée inquiétante de la maladie », ont souligné les signataires du communiqué, selon qui « les derniers cas de sangliers belges ont été découverts à quelques kilomètres à peine de la frontière française ». « Alarmés » par les conséquences potentielles d’une arrivée sur le territoire de cette épizootie, ils réclament « des mesures strictes (…) au sein de la Zone d’Observation Renforcée », c’est-à-dire dans les départements frontaliers de la Belgique (Ardennes, Meuse, Moselle et Meurthe-et-Moselle).

Ils réclament ainsi une sécurisation de la zone par la mise en place de clôtures électriques afin d’empêcher la sortie de sangliers susceptibles de propager le virus et une protection par les mêmes moyens de tous les élevages de la zone. Ils réclament également le dépeuplement préventif de tous les petits détenteurs d’animaux (propriétaires de cochons pour leur consommation personnelle, ndlr) susceptibles de propager la maladie et l’installation de dispositifs « interdisant strictement toute circulation en forêt », que ce soit à des fins professionnelles ou de loisirs. Enfin, les signataires de ce communiqué demandent une coordination étroite entre la France, la Belgique et le Luxembourg pour procéder à la destruction de tous les sangliers sur la zone sans disperser les animaux de façon incontrôlée.

En contrepartie, « chacune des organisations, (…) consciente de ses responsabilités, prendra les mesures adéquates pour juguler la propagation de la maladie », assurent-ils. Fin août, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert avait tancé les chasseurs, responsables selon elle de favoriser la prolifération des sangliers afin d’organiser des chasses. Sur une trentaine de cadavres de sangliers retrouvés en Belgique dans la zone particulièrement surveillée, quinze ont été confirmés comme étant morts de la peste porcine, selon le porte-parole du ministre wallon de l’Agriculture René Collin. La Belgique, premier pays d’Europe occidentale touché par la peste porcine africaine, devait commencer à abattre à partir de vendredi 4 000 porcs pour éviter une contamination des élevages par ce virus identifié sur des sangliers.